L'Actualité en Temps Réel

Iran-USA : Donald Trump aboie mais ne mord pas

0

L’histoire n’est pas en train de se répéter. L’Iran n’est pas l’Irak et Donald Trump n’est pas George W. Bush. Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de guerre entre Washington et Téhéran, mais plutôt que la grille de lecture de 2003 n’est pas adaptée à la situation actuelle.

L’invasion de l’Irak par l’hyper puissance américaine était motivée en grande partie par la conviction des néoconservateurs que la chute de Saddam Hussein allait apporter la démocratie en Irak et dans la région. Washington était guidé par l’hubris, religieusement persuadé d’avoir une mission à accomplir. Même si des relents de cet état d’esprit subsistent aujourd’hui, notamment dans le discours du conseiller à la Sécurité nationale, le faucon John Bolton, les États-Unis de Donald Trump sont dans une logique de désengagement militaire au Moyen-Orient, dans la poursuite de la politique initiée par Barack Obama. Malgré son aspect déroutant, la doctrine trumpienne répond à une certaine cohérence en politique extérieure qui peut faire sérieusement douter de sa volonté d’entrer en guerre contre l’Iran. Le président américain qui, contre l’avis du Pentagone, voulait rapatrier en décembre dernier les 2 000 soldats américains présents en Syrie paraît assez peu enclin à envoyer des dizaines, voire des centaines de milliers de soldats américains faire la guerre à un pays qui ne menace pas directement la sécurité américaine. Depuis son arrivée à la Maison-Blanche, Donald Trump aboie, mais ne mord pas. Ses menaces participent d’une stratégie pour pousser son adversaire à accepter un « deal » en position de faiblesse. Il se disait encore hier « sûr » que l’Iran voudra bientôt discuter avec les États-Unis. Mais le guide suprême iranien, l’ayatollah Khamenei ne mord pas à l’hameçon et préfère pour l’instant bomber le torse plutôt que de relancer les négociations sur ce que l’Iran considère être des lignes rouges, à savoir ses missiles et ses milices.

Assane SEYE-Senegal7

 

laissez un commentaire