L'Actualité en Temps Réel

Irruption dans la politique: Les hommes de tenue en quête de liberté d’expression

0

L’arrestation de l’officier à la retraite, le colonel Abdourahim Kébé (placé sous contrôle judiciaire) pour une position politique assimilée à « des manœuvres de nature à provoquer des troubles politiques graves», relance le débat sur l’irruption des hommes de tenue dans la scène politique.

Ils sont de plus en plus nombreux à intégrer les formations politiques, après de bons et loyaux services rendus à la nation, à l’image du commissaire Boubacar Sadio, du colonel Kébé etc. D’autres plus téméraires, comme le capitaine Dièye, ont bravé l’interdit en décidant de quitter, de plein gré, les rangs de l’armée afin d’embrasser une carrière politique. Un phénomène qui, devenu récurrent, suscite moult interprétations. Analysant ces faits qui font légion, le commissaire Cheikhna Keïta, lui aussi victime de sa liberté de ton, pointe « l’absence de cadre d’expression » dans les corps habillés au Sénégal. À l’en croire, si les hommes de tenue (à la retraite ou en activité) en sont arrivés à afficher de plus en plus leur obédience politique, c’est parce que ces formations politiques leur offrent ce que la police ou l’armée leur ont toujours refusé : la liberté d’expression.

En attestent les dispositions, du reste très restrictives, de la loi n° 2009-18 du 9 mars 2009 relatives au statut du personnel de la Police nationale: « Ils (les personnels de polices) ne jouissent ni du droit de grève ni du droit syndical ; leurs libertés d’expression, d’aller et de venir, de réunion et d’association sont limitées par décret en fonction des nécessités du service ». Il en est de même pour la grande muette où le silence est érigé en règle. En effet, les militaires, notamment les officiers, sont astreints au devoir de réserve jusqu’à l’âge de 65 ans.Un ‘’culte’’ du silence qui a fini d’afficher ses limites puisqu’il cache mal les frustrations dans les rangs. Et à ce propos, beaucoup d’entre eux, partagent la position du colonel Kébé : « le militaire a aussi son mot à dire, ses opinions, mais en tant que républicain, on ne le manifestera jamais tant qu’on est sous le drapeau. Maintenant que je suis libre, je suis devenu un citoyen ordinaire, j’ai pu marquer ma position par rapport à un leader politique que j’ai toujours apprécié ».

L’impérieuse nécessité de promouvoir la liberté syndicale dans les corps habillés

A l’instar de la France où le droit syndical pour les policiers est institué depuis 1946 et pour la gendarmerie depuis le 2 octobre 2014 (avec des restrictions), le Sénégal gagnerait, de l’avis de certains, à modifier le cadre légal en la matière. Ceci, afin de permettre aux hommes de tenue en plus de pouvoir défendre leurs intérêts matériels et moraux dans leurs corps respectifs, d’exprimer leurs opinions. Ainsi, trouveront-ils un cadre d’expression approprié à leur statut professionnel.

laissez un commentaire