L'Actualité en Temps Réel

Italie : comment la mafia a conquis les élites

Le plus dangereux membre de Cosa Nostra vient d’être arrêté après plus de trois décennies de traque policière. Une période qui a vu la mafia italienne se transformer profondément pour devenir un acteur économique de premier plan, avec la bienveillance d’une partie des élites du pays.

Le boss des boss, le capo di tutti capi, Matteo Messina Denaro, a été arrêté après trente ans de cavale. Ces derniers temps, la traduction la plus pertinente du mot est de plus en plus « patron » et de moins en moins « parrain », tant ceux qui se définissent comme des « hommes d’honneur » sont devenus des « hommes d’affaires ».

Les célèbres juges Giovanni Falcone et Paolo Borsellino, assassinés par Cosa Nostra en 1992, avaient coutume de dire qu’à Palerme se trouvait la « mafia militaire ». Celle des règlements de comptes sanglants en pleine rue des années 1980.
Trapani en revanche, fief de Matteo Messina Denaro, est le cœur de la « mafia économique ». Celle qui privilégie les managers aux sicaires. Ceux pour qui le « pizzo », l’impôt du racket, est plutôt la « cotisation » à une association criminelle préférant faire couler l’argent que le sang.

Ces flux irriguent l’économie locale, nationale et bien sûr internationale. Les mains de Matteo Messina Denaro ne commanditent pas seulement des crimes odieux. Elles bâtissent un immense patrimoine. Au cours de la dernière décennie, environ 5 milliards d’euros de biens lui ont été confisqués par les autorités italiennes.

Ses investissements balayaient tous les domaines : des énergies renouvelables à la grande distribution, du trafic de biens archéologiques aux transports maritimes, du secteur des BTP à celui de l’agroalimentaire. Le Borsalino et la sulfateuse sont rangés au grenier. Ils ont été troqués contre un col blanc et une bonne connexion Internet pour effectuer des virements financiers

Les sbires ne parlant que le dialecte ont été supplantés par des avocats, des financiers et des experts endroit international parfaitement anglophones. Voir des rejetons de clans mafieux fréquenter des MBA aux Etats-Unis pour infiltrer la haute finance mondialisée n’a plus rien d’exceptionnel, rapporte les Echos.

 

A LIRE AUSSI : LA MAFIA KACC KACC EXIGE LA LIBÉRATION SANS CONDITION DE OUTHMANE DIAGNE ET PAPITO KARA

Assane SEYE-Senegal7