Accueil Actualités Jeu de chaises à la tête d’Air Sénégal : La gestion du...

Jeu de chaises à la tête d’Air Sénégal : La gestion du pouvoir par la famille Sall fait désordre…

Le chef de l’Etat, Macky Sall avait promis de ne pas mêler sa famille à la gestion de l’Etat. Cependant, la nomination d’Aliou Sall en septembre 2017, à la tête de la Caisse des dépôts et consignations revient au devant de l’actualité avec le limogeage du Français Philippe Bohn à la tête d’Air Sénégal par l’État, seul actionnaire à travers la Caisse de dépôt et consignations (Cdc), que dirige le frère du chef de l’Etat.

Le chef de l’Etat, Macky Sall avait promis de ne pas mêler sa famille à la gestion de l’Etat. Cependant, la nomination d’Aliou Sall en septembre 2017, à la tête de la Caisse des dépôts et consignations revient au devant de l’actualité avec le limogeage du Français Philippe Bohn à la tête d’Air Sénégal par l’État, seul actionnaire à travers la Caisse de dépôt et consignations (Cdc), que dirige le frère du chef de l’Etat. L’opposition avait tiré la sonnette d’alarme La nomination d’Aliou Sall comme Directeur général de la Caisse des dépôts et consignations en septembre 2017, par son frére de Présidsent de la république succedant ainsi à Thierno Seydou Niane, avait fait beaucoup de bruit. L’opposition est désormais vent debout, car le chef de l’Etat a nommé son frère Aliou dans la gestion du pouvoir. Pis, cette nomination avait provoqué une fronde. L’opposant Malick Gakou avait parlé «d’un attentat contre les intérêts de la nation». Pour le libéral Babacar Gaye, par ailleurs, porte-parole du Parti démocratique (Pds) : «on assiste à la mise en place d’une dynastie autour de la famille du président». Le nom d’Alou Sall sur l’éviction de Bohn par l’État sénégalais, seul actionnaire à travers la Caisse de dépôt et consignations (Cdc) est lié à cette affaire. Car, il serait l’acteur principal de ce limogeage. Et le lien est vite fait par des Sénégalais qui ont laissé entendre qu’«on assiste effectivement à la mise en place d’une dynastie autour de la famille du président». Nommé au mois d’août 2017, Philippe Bohn aura passé 20 mois à la tête de la nouvelle compagnie sénégalaise. Le chef de l’Etat avait porté son choix sur Bohn Pourtant, selon Jeune Afrique (JA), «en septembre 2017, c’est le chef de l’État lui-même qui a pris son téléphone pour convaincre Philippe Bohn de prendre les commandes de la jeune compagnie». Doté d’un capital (entièrement supporté par l’État) de 40 milliards de francs Cfa et des pleins pouvoirs (choix des hommes clés, haute main sur la stratégie…), il avait accepté l’offre. «L’objectif pour Macky Sall était de choisir un homme de confiance, qui puisse canaliser les ambitions et convaincre les hommes politiques sur les priorités à établir», confiait un proche de Bohn, repris par JA.

Saliou Ndiaye

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici