Accueil Contribution Jeux Olympiques Dakar-2022 : Le Sénégal face au défi de l’organisation et...

Jeux Olympiques Dakar-2022 : Le Sénégal face au défi de l’organisation et de la participation (PAR Mouhamed FALL AL Amine, Journaliste)

Guio

Après Singapour en 2010 et Nanjing (en Chine) en 2014, l’Afrique et le Sénégal ont été choisis pour abriter les Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) par le Comité international olympique (CIO). Les JOJ sont une compétition mondiale multisports, comme les Jeux olympiques, mais réservée aux jeunes athlètes de 14 à 18 ans. Le choix porté sur notre capitale, Dakar, alors que la Tunisie, le Botswana et le Nigeria avaient postulé pour accueillir cet événement d’envergure, est le résultat d’un travail rigoureux, efficace et professionnel avec sans doute l’implication de nos plus hautes autorités.

Cependant une question essentielle se pose et s’impose, malgré la satisfaction du CIO au terme de sa visite à Dakar, il y a quelques semaines, pour s’enquérir de l’avancement des préparatifs. Dans un contexte où la plupart de nos centres de sport, d’hébergement, et de loisirs sont délabrés et non-conformes aux standards internationaux, le Sénégal pourra-il relever le défi de l’organisation des JOJ comme l’Afrique du sud avec la Coupe du monde 2010 de football ? Dakar, Diamniadio (ville inachevée) et Saly seront-ils prêts d’ici à deux ans pour recevoir 4000 mille athlètes avec des milliers de supporters et amateurs de sport ?

Ces interrogations légitimes prouvent à suffisance que la réussite des JOJ Dakar-2022 dépend de la compétence, de l’expérience et de l’engagement du comité local d’organisation, mais également de l’implication de la jeunesse sénégalaise et africaine dans toutes les étapes de l’organisation pour réussir l’autre défi, celui de la participation.

Il s’agit d’étaler face au monde la culture africaine, la téranga sénégalaise, mais aussi les atouts touristiques de notre beau pays ainsi que ses aptitudes à abriter des rencontres sportives de dimension internationale, et de placer le Sénégal sur la carte des pays référencés en matière d’organisation d’événements sportifs majeurs.

Dans cette dynamique, tous les secteurs d’activités doivent résolument apporter leur participation à la réussite de cet événement pour que brille une nouvelle fois le Sénégal, et l’Afrique au concert des grandes nations.

Le budget de 130 millions d’euros (environ 86 milliards de francs CFA) alloué à l’organisation des JOJ contribuera sans doute à la mise œuvre du Plan Sénégal Emergent lancé par le gouvernement du Sénégal et qui vise la transformation structurelle de notre économie, avec notamment la construction d’infrastructures de dernière génération, mais également l’épanouissement de notre jeunesse qui représente 70% de la population.

La jeunesse trouvera dans cet événement les chemins de la culture, de l’entreprenariat, de la formation mais surtout de l’emploi. Tout dépendra de la manière dont cette grande opportunité sera saisie par le Sénégal, notamment sa jeunesse, et ses autorités.