Joal-Fadiouth : Le récit effroyable de la sage-femme échappée au viol 

Gnima Sagna, du nom de la sage-femme ayant échappée au viol à Joal a fait une confidence dans les colonnes du quotidien L’Observateur.

Dans la parution du journal de ce lundi 19 juillet, la dame originaire du village de Fadial a révélé que son agresseur est le fils aîné du chef de village. Ce jour-là, elle assurait la garde au poste de santé en l’absence de la sage-femme titulaire « très âgée ». Toute la nuit, je suis restée très agitée sans fermer l’œil. A 3 heures du matin, quand le réveil de mon téléphone a sonné, je n’ai pas pu bougé de mon lit pour faire mes prières surérogatoires (Nafila) que j’ai l’habitude de faire toutes les nuits de lundi », a-t-elle expliqué.

Poursuivant, elle précise que c’est au moment où elle commence à retrouver le sommeil « vers 4 heures du matin » qu’elle a entendu un bruit venant du couloir et du bureau de la sage-femme titulaire. « Dans un premier temps, je pensais qu’il s’agissait de lézards dans la bâtisse. Mais au fur et à mesure que les minutes s’égrenaient, le bruit continuait. Je me suis précitée vers la porte pour savoir s’il ne s’agissait pas d’un malade en mal-en-point. Mais personne n’a répondu. Donc, j’ai regagné mon poste », dit-elle.

C’est à ce moment précis qu’elle entendait un individu toquer à la porte de la salle de garde. « J’ouvre la porte et je tombe sur un homme culotte, encagoulé, casquette à la tête et couteau à la main. « Sans tarder, celui-ci qui sera plus tard identifié par les enquêteurs de la Brigade de gendarmerie sous le nom de M. Diawara, fils-aîné du chef de village, me demande de lui remettre la recette du jour. Mais je lui fait savoir que je n’ai aucun sou avec moi. Me menaçant avec son couteau, il s’attaque violemment en me demandant de me coucher et d’entretenir des rapports sexuels avec lui. Ce que j’ai catégoriquement refusée. Car je suis une femme mariée et une musulmane de surcroît qui ne doit jamais être infidèle à son époux. Du coup, il m’assène deux coups de couteau à l’épaule gauche et à la main gauche. Mais comme je prononçais le nom du Prophéte Mouhamed (Psl), ces deux premiers coups de couteau n’ont pas causé de blessures graves. Devant mon entêtement de ne pas céder à la pression, le manique sexuel déclenche une violente bagarre  avec moi et réussit finalement à me trancher la main gauche avant de m’asséner un autre violent coup de couteau à la poitrine. Un coup qui m’a profondément affaibli « , a-t-elle révélé.

Ousmane Ndiaye – Senegal7