Accueil Actualités Journées scientifiques Sindian -Amadou Diallo : “Pour avoir un pays émergent, il...

Journées scientifiques Sindian -Amadou Diallo : “Pour avoir un pays émergent, il faut avoir beaucoup de techniciens, de physiciens, de scientifiques”

Ousmane Sonko
Ousmane Sonko

Parrain de la 4ème édition des journées scientifiques de Sindian, le directeur du Pôle traitement et système d’information au Fongip a été choisi comme le parrain de cette année.
Amadou Diallo, lauréat prix du concours général de mathématiques a partagé avec les élèves de Sindian son parcours. Ce scientifique né, est revenu sur l’importance des sciences pour l’émergence du Sénégal.
“Nous sommes dans une zone où on a remarqué une baisse drastique du nombre d’élèves dans les filières scientifiques. C’est un honneur pour moi d’être là en tant que scientifique et ancien lauréat du prix du concours général de mathématiques. Il fallait que je vienne pour donner l’exemple et participer à la promotion des sciences qui est très importante pour notre pays. Et pour l’émergence du Sénégal, on en a besoin et plus particulièrement dans les zones défavorisées telles Sindian.”
“C’était l’occasion de montrer l’importance des sciences dans le développement du Sénégal parce qu’on a besoin de scientifiques, de techniciens, de physiciens, d’ingénieurs, qui pourront bâtir le Sénégal de demain. C’est pourquoi on ne devrait pas laisser les jeunes, plus particulièrement ceux qui sont dans les zones défavorisées, à la rade. Donc, leur montrer mon parcours et surtout leur demander d’être patients, ne pas céder au matérialisme parce qu’aujourd’hui les jeunes sont très facilement embrigadés dans la banalité surtout avec l’avènement des Ntic, et aussi y croire parce que la science est une voix de réussite pour notre pays.”
Aujourd’hui, 1 bachelier sur 4 est scientifique au Sénégal. Quand on compare ce chiffre avec celui des pays comme le Maroc où le nombre de bacheliers fait deux fois le nombre des bacheliers littéraires, alors que dans les pays développés comme la France, le nombre de bacheliers scientifiques est de trois fois le nombre de bacheliers en littérature. C’est des indicateurs qui montrent que nous avons un travail à faire pour redresser cette tendance. Parce que pour avoir un pays émergent, il faut avoir beaucoup de techniciens, de physiciens, de scientifiques. On a découvert du gaz et d’autres ressources minières, on aura besoin de beaucoup de techniciens. On a installé trois centrales solaires, ce qui montre que le besoin est là. C’est important de faire la promotion des sciences et le président de la République l’a compris. C’est pourquoi beaucoup d’efforts d’investissements ont été faits. Plus de 132 milliards ont été injectés dans le secteur de l’éducation, 20 blocs scientifiques créés et énormément de manuels en mathématiques et en sciences sont injectés dans le système. Mais beaucoup d’efforts restent à faire. Nous serons au rendez-vous de ce défi qu’il faudra relever pour l’émergence du Sénégal.”

Assane SEYE-Senegal7