Accueil Actualités KANEL : La Cosydep mise sur les recettes de la taxe minière...

KANEL : La Cosydep mise sur les recettes de la taxe minière pour financer l’Education locale

KANEL

La Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep) s’est réunie à Dakar pour préparer son plan stratégique 2016-2020 qui devrait contribuer à l’Objectif n°4 du développement durable sur l’éducation. Et c’est dans ce cadre que  Mamadou  SAKINE et Cie misent sur les recettes  de la taxe minière pour financer l’Education à KANEL au Nord du pays.

La Cosydep et ses partenaires cherchent les moyens pour inciter les municipalités à financer le plan de développement de l’éducation locale de Kanel au moyen des recettes de la taxe minière. Un atelier sur le financement des priorités de l’éducation par le biais de l’extraction minière est en cours. A Kanel, au Nord du pays, se mène une réflexion autour de la question relative à la mobilisation des ressources pour le financement de l’éducation à la base. Elle est engagée par la Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep) et l’Ong 3G à travers le programme intitulé «Usaid/Kawral». Il vise à renforcer la mobilisation de ressources financières au profit de l’éducation dans la région de Matam avec comme levier l’exploitation des ressources minières pour permettre d’accroître le financement du système éducatif. «Présidé par le préfet de Kanel, un département minier, l’atelier a permis de partager le modèle de classes passerelles Rse. Ce modèle qui se veut original en ce sens qu’il intègre la formation professionnelle, l’utilisation des langues nationales et la valorisation des savoirs et savoir-faire locaux, vise l’implantation de classes passerelles à l’élémentaire et dans la formation professionnelle par le biais du financement par la responsabilité sociétale d’entreprise. Le modèle répertorie les enfants en situation de décrochage dans les communes impactées, intègre les enfants déscolarisés ou non scolarisés de 8 à 14 ans à l’élémentaire et permet aux jeunes de bénéficier d’une formation qualifiante dans les Cpf et ateliers artisanaux pour une insertion socio professionnelle», explique un communiqué du Directeur exécutif de la Cosydep, Cheikh Mbow, qui est en mission de trois jours dans la région de Matam. Le Code minier prévoit des dispositions par rapport à la mise à disposition de fonds qui devraient financer des projets pour booster le développement local, déclare Cheikh Mbow. Il s’agit, d’après lui, du Fonds d’appui et de péréquation pour les collectivités territoriales qui est alimenté par une quote-part annuelle de 20% de la redevance et des droits fixes payés par les entreprises minières. Mais aussi il existe, dit-il, le Fonds d’appui au secteur minier, le Fonds d’appui au développement local qui est constitué de 0,5% du chiffre d’affaires hors taxe des entreprises sur place. Avant de d’ajouter qu’il y a aussi les droits de stationnement payés par les entreprises minières, la contribution économique locale (Cel) qui est un impôt local tiré sur la valeur locative, la responsabilité sociétale d’entreprise. Par ailleurs, M. Mbow rappelle qu’au «Sénégal beaucoup d’enfants et de jeunes ne bénéficient toujours pas du droit à une éducation de qualité du fait de contraintes économiques, environnementales mais aussi de représentations socio-culturelles qui affectent leurs communautés. Et d’ajouter : «En effet, des études de la Cosydep (2016) et de l’Usaid (2017) montrent que 1 498 286 enfants et jeunes âgés de 6 à 16 ans sont hors du système éducatif (37%). Les enfants qui n’ont jamais été scolarisés représentent 1 196 953 enfants (78,6%) et les déscolarisés représentent 21,4% de l’effectif, majoritairement des garçons (57%) contre 43% de filles.» Matam/Kanel : La COSYDEP promeut un modèle de classes passerelles financé par les ressources issues de l’extraction minière. Au Sénégal, beaucoup d’enfants et de jeunes ne bénéficient toujours pas du droit à une éducation de qualité du fait de contraintes économiques, environnementales mais aussi de représentations socio-culturelles qui affectent leurs communautés. En effet, des études de la COSYDEP (2016) et de l’USAID (2017) montrent que 1.498.286 enfants et jeunes âgés de 6 à 16 ans sont hors du système éducatif (37%). Les enfants qui n’ont jamais été scolarisés représentent 1.196.953 enfants (78,6%) et les déscolarisés représentent 21,4% de l’effectif, majoritairement des garçons (57%) contre 43% de filles. Pour accompagner l’Etat et les Collectivités dans la recherche de solutions pertinentes aux problèmes d’accès et d’efficacité dans l’éducation mais aussi de solutions durables de financement, notamment à la base et soulager les ménages, la COSYDEP et l’ONG 3D ont mis en place le programme intitulé « USAID/KAWRAL », un dispositif de participation citoyenne financé par l’USAID. Ledit programme vise à renforcer la mobilisation de ressources financières au profit de l’éducation dans la région de Matam en faisant de sorte que l’exploitation des ressources minières puisse permettre d’accroître le financement du système éducatif. Dans ce programme qui repose sur l’engagement de la SOMIVA en faveur du «financement de l’éducation avec les ressources minières, la COSYDEP assure le lead pour l’atteinte du résultat 3 : « Promouvoir la collaboration entre les organisations locales et intermédiaires pour inciter les municipalités à financer le plan de développement de l’éducation locale de Kanel au moyen des recettes de la taxe minière ». C’est dans ce cadre que s’effectue la mission de trois jours dans la région de Matam, conduite par Cheikh MBOW, Directeur Exécutif de la COSYDEP accompagné des chargés du programme et de l’équipe locale. Des visites de courtoisie auprès du Gouverneur, du Président du Conseil départemental, de l’Inspecteur d’académie, de l’Inspecteur de l’éducation et d’une école de la commune de Matam ont été organisées, en prélude de l’atelier sur le financement des priorités de l’éducation par le biais de l’extraction minière. Présidé par le préfet de Kanel, un département minier, l’atelier a permis de partager le modèle de classes passerelles RSE. Ce modèle qui se veut original en ce sens qu’il intègre la formation professionnelle, l’utilisation des langues nationales et la valorisation des savoirs et savoir-faire locaux, vise l’implantation de classes passerelles à l’élémentaire et dans la formation professionnelle par le biais du financement par la RSE. Le modèle répertorie les enfants en situation de décrochage dans les communes impactées, intègre les enfants déscolarisés ou non scolarisés de 8 à 14 ans à l’élémentaire et permet aux jeunes de bénéficier d’une formation qualifiante dans les CPF et ateliers artisanaux pour une insertion socio professionnelle. En effet, le Code minier prévoit des dispositions dans ce sens, à savoir : – Le Fonds d’Appui et de péréquation pour les Collectivités Territoriales qui est alimenté par une quote-part annuelle de 20% de la redevance et des droits fixes payés par les entreprises minières ; – Le fonds d’appui au secteur minier ; – Le Fonds d’Appui au Développement Local qui est constitué de 0,5% du chiffre d’affaire hors taxe des entreprises sur place ; – Les Droits de Stationnement payés par les entreprises minières ; – La contribution économique locale (CEL) qui est un impôt local tiré sur la valeur locative ; – La Responsabilité Sociétale d’Entreprise. Ces fonds devraient financer des projets pour booster le développement local.

Assane SEYE-Senegal7

3 Commentaires

  1. […] La Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep)… a pris le taureau par les cornes. Pour cette organisation de la société civile, ce 25 juin 2020  consacre une synergie d’efforts de la part de tous les acteurs de l’éducation en vue d’une bonne rentrée scolaire pour élèves en classe d’examen. Ainsi, défiant toute contrariété, ce cadre se félicite de l’espoir né des 551.000 candidats qui n’ont jamais baissé la garde en ce qui concerne l’issue de l’année scolaire. La Cosydep table non seulement sur la parachèvement de l’année scolaire pou les élèves en classes d’examen ,mais aussi pour la préparation de la prochaine année scolaire,  l’optimisation des conditions d’apprentissage et les modalités de passage, en particulier pour les élèves des classes intermédiaires qui auront passé près de six mois loin des écoles, en sont d’autres. Pour ce faire, cette organisation a produit des suggestions remarquables en ce qui concerne la rentrée scolaire 2020-2021. […]

  2. […] La Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep)&nbs… a pris le taureau par les cornes. Pour cette organisation de la société civile, ce 25 juin 2020  consacre une synergie d’efforts de la part de tous les acteurs de l’éducation en vue d’une bonne rentrée scolaire pour élèves en classe d’examen. Ainsi, défiant toute contrariété, ce cadre se félicite de l’espoir né des 551.000 candidats qui n’ont jamais baissé la garde en ce qui concerne l’issue de l’année scolaire. La Cosydep table non seulement sur la parachèvement de l’année scolaire pou les élèves en classes d’examen ,mais aussi pour la préparation de la prochaine année scolaire,  l’optimisation des conditions d’apprentissage et les modalités de passage, en particulier pour les élèves des classes intermédiaires qui auront passé près de six mois loin des écoles, en sont d’autres. Pour ce faire, cette organisation a produit des suggestions remarquables en ce qui concerne la rentrée scolaire 2020-2021. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici