Khalifa Sall, député: Me Ciré Clédor Ly se défoule, parle de droit nouveau et demande sa liberté d’office

2

Khalifa Sall en détention depuis début mars, ses avocats se battent toujours pour le tirer hors des griffes de Dame justice. Face à la presse, hier, devant le tribunal de Dakar, Me Ciré Clédor Ly, l’un de ses conseils, s’est longuement penché sur l’introduction de la demande de liberté provisoire qu’ils ont effectuée. A l’en croire, une demande de liberté d’office a été déposée avant-hier à 18 heures, d’autant qu’il est devenu député. Pour lui donc, le juge d’instruction ne peut plus le maintenir en détention, sous peine de violer son immunité parlementaire.

Sur le recours qui était annoncé hier, à la Cour suprême, Me Ciré Clédor Ly indique que c’était une fausse alerte, car la procédure n’était pas programmée et que peut-être elle le sera en septembre dans le journal Les Echos.

Sur le droit de vote qui a été «refusé» à Khalifa Sall, Me Ciré Clédor Ly ne décolère toujours pas. «Les autorités ont été sourdes à nos demandes. Nous avons saisi la Cena, qui a botté en touche. Le Conseil national de régulation de l’audiovisuel a botté en touche. Le président de la République qui pouvait agir sur le ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo, pour qu’il prenne les dispositions matérielles pour que Khalifa Sall, au pire des cas, puisse voter à l’intérieur de la prison avec un isoloir, n’a jamais répondu à notre demande», a déploré le conseil.

Pire, ajoute l’avocat, le cabinet du président de la Cour suprême a refusé de prendre la requête. «Alors qu’en matière administrative, il pouvait statuer sur la liberté temporelle et occasionnelle de Khalifa Sall pour permettre qu’il aille au moins le jour des élections accomplir son devoir et revenir. Et lorsque des secrétaires refusent de prendre des requêtes d’avocats destinées à une juridiction, c’est une entrave à l’exercice de la profession d’avocat», a-t-il déploré.

Show Comments (2)