Accueil Actualités La DER DE IBA: « Rome vivant devient unique et Rome sous les...

La DER DE IBA: « Rome vivant devient unique et Rome sous les décombres devient plusieurs »

70894228 412969016021381 2769971683618979840 N

L’histoire a la spécificité de nous enseigner le passé des hommes. Et qui dit passé prend en compte l’ensemble des influences d’une époque, d’une génération et d’un peuple donné. Pour le cas très spécifique de la polémique née de l’histoire générale du Sénégal pilotée par le professeur Iba Der Thiam et dont Docteur Ahmeth Khalifa Niass a récusé des caractéristiques non conformes à la famille Niassaène, il urge de citer cette maxime qui vient à point nommé :  » Rome vivant devient unique et Rome sous les décombres devient plusieurs », la Der de Iba.
La nature n’est pas rationnelle, mais elle est susceptible d’être rationnellement expliquée. Il en est de même pour l’histoire qui, à ce titre, est la conceptualisation scientifique du temps social. Ce qui signifie en clair que l’histoire procède d’une démarche scientifique mais l’histoire en tant que telle n’est pas scientifique de par ses méthodes. C’est sur des faits qu’elle s’appuie en établissant des rapports entre eux et dont l’analyse pourrait déboucher sur quelque chose. Tant il est vrai que la polémique née de l’histoire générale du Sénégal qui a fait sortir Docteur Ahmeth Khalifa Niass de ses gonds semble une querelle de préséance entre de fortes personnalités religieuses qui ont marqué l’histoire de la Tidianya. Quand bien même, l’histoire est exploitée sur la forme et non sur le fond. Mais elle reste polémique car, la subjectivité du temps en a probablement travesti les fondamentaux. Les mutations, les influences, les époques, les évolutions, les sociologies et les économies sont autant d’avatars susceptibles d’édulcorer l’histoire des peuples. Certes, le Professeur Iba Der Thiam de surcroit agrégé d’histoire use de la méthode scientifique pour revivifier l’histoire générale du Sénégal. Mais il doit se rendre à l’évidence que l’histoire n’est pas scientifique mais elle use de méthodes scientifiques pour établir des faits plus ou moins exacts. Et la polémique alimentée par Docteur Ahmeth Khalifa Niass en est une parfaite illustration. Sur la Rfm, le marabout politicien a bien indiqué que Iba Der jette l’opprobre sur leur famille Niassène et qu’il serait impossible de réduire leur entité à la famille de Tivaouane. Suffisant pour comprendre qu’il s’agisse dans cette affaire de querelle de préséance religieuse. Gageons que les deux parties en viennent à reconsidérer leurs positions et éviter de tomber dans les travers de l’histoire générale du Sénégal. En tous les cas,  »Rome vivant devient unique et Rome sous les décombres devient plusieurs ». Dans cette polémique, chaque partie y va de ses influences, de sa perception et de ses intérêts contingents, du moment que c’est la passé qui nous imprime ses marques. La DER DE IBA, c’est d’accepter les limites de la méthode scientifique utilisée dans l’étude du passé des hommes. Surtout s’il s’agit de la fibre religieuse tout aussi complexe.
Assane SEYE-Senegal7