Accueil Actualités La France apporte son aide au Togo dans l’affaire Madjoulba

La France apporte son aide au Togo dans l’affaire Madjoulba

France

Dans la nuit du 3 au 4 mai dernier, le colonel Bitala Madjoulba, commandant du 1er bataillon d’intervention rapide (BIR), était assassiné. Par qui et pourquoi ce proche du clan au pouvoir a-t-il été tué ? Deux mois et demi après les faits, le mystère reste entier. Selon nos informations, les autorités togolaises ont donc demandé à la France de mener des expertises balistiques pour tenter d’identifier le ou les auteurs de cet assassinat,rapporte RFI.

C’est un vol particulier qui a atterri le dernier week-end de juin à Paris.

A son bord, des scellés que Calixte Batossie Madjoulba, l’ambassadeur du Togo en France et frère aîné de la victime, est venu remettre à la justice française.

Ces scellés ? Des pistolets et des douilles saisis par les autorités togolaises à l’intérieur du camp militaire où colonel Bitala madjoulba commandant du 1er bataillon d’intervention rapide (BIR), a été assassiné.

Pour tenter de confondre le ou les auteurs de l’assassinat, les enquêteurs ont décidé de procéder à des expertises balistiques.

Leur idée est de comparer la balle retrouvée sur le corps de la victime avec celles des armes appartenant à des militaires du camp. Environ 75 pistolets ont ainsi été saisis avec leurs cartouches.

Selon une source proche de l’enquête, le juge en charge de l’affaire a alors émis des commissions rogatoires internationales à des fins d’expertises balistiques.

Comme plusieurs pays africains, la France, via une demande d’entraide judiciaire, a été sollicitée pour procéder à ces expertises. Une demande rapidement acceptée par Paris.

Assassiné d’une balle dans le cou, tirée à bout portant

Cette démarche semble indiquer une chose : deux mois et demi après les faits, les autorités togolaises ne sont toujours pas parvenues à identifier le ou les assassins et surtout à comprendre pourquoi le commandant du 1er bataillon d’intervention rapide (BIR) a été tué.

Parmi les hypothèses évoquées, il y a celle d’un assassinat lié à des rivalités ethniques au sein de l’armée, celle d’un règlement de compte en lien avec de possibles trafics, et même celle d’un message adressé au clan présidentiel – dont l’officier assassiné et surtout son grand frère sont réputés proches – , mais le mystère reste entier.

Assane SEYE-Senegal7

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici