La gouvernance de la sécurité est ce qu’une préoccupation des pays pauvre?

0

Malgré leur nature prospère, de nombreux États font face à une situation dans laquelle leurs institutions ne sont plus en mesure de répondre à la demande croissante du public en matière de sécurité. Aussi, l’autorité souveraine n’assure plus un monopole de la police. Certaines de ces configurations incarnent des dispositifs procédant de politiques explicites alors que d’autres, émergeant plus ou moins spontanément, résultent d’effets de marchés. On parle de « gouvernance de la sécurité » pour désigner la constellation d’institutions, formelles ou informelles, gouvernementales ou privées, commerciales ou bénévoles en charge du contrôle social et de la résolution de conflits et qui participent à la promotion de la paix en anticipant les menaces réelles ou ressenties résultant de la vie en collectivité.

Dans le cas d’États faibles et défaillants, la situation est d’autant plus complexe. L’État faible se caractérise, dans le cadre de cet article, par de grandes difficultés à subvenir aux besoins de la population tels que la santé, l’éducation, la défense nationale, les services sociaux de base ou encore la sécurité publique. À cet égard, on peut citer le cas du Sénégal du Nigeria, de la Guinée, de la Côte d’Ivoire ou du Zimbabwe comme des exemples de tels pays. Quant à la notion d’État défaillant, elle fait référence à la disparition des capacités de l’État de s’acquitter de fonctions essentielles.  Mais malgré cette absence ou ce déclin, nous prétendons que les activités de contrôle social et de résolution des conflits, bien qu’affaiblies, restent toujours bien présentes, sous des formes qu’il nous faudra préciser. Forts de ces prémisses, nous proposons dans le contexte de cet article l’identification de moyens permettant le maintien et le renforcement des activités de contrôle social ainsi que de résolution des conflits. Nous partirons des modalités de la gouvernance de la sécurité publique dans les États forts, afin d’identifier des arrangements institutionnels susceptibles d’être transplantés dans un contexte d’État faible, où les institutions étatiques traditionnelles sont en déclin, voire absentes. L’identification de nouveaux mécanismes de gouvernance de la sécurité constitue une démarche préliminaire pour contrer les processus de dégradation qui caractérisent les États défaillants, ou tout du moins pour offrir un minimum de sécurité humaine afin de lutter aux nombreux cas d’agressions et de meurtres.

                                                                                          IBRAHIMA/SENEGAL7

 

Leave a comment