L'Actualité en Temps Réel

La Guinée répond aux menaces de sanction de la CEDEAO

La CEDEAO a lancé un ultimatum d’un mois aux militaires en Guinée pour un calendrier clair de la transition, à l’occasion de son sommet. La Junte est ainsi sommée de présenter le calendrier au plus tard le 25 avril. Du côté de Conakry, on affirme que « cela n’engage que ceux qui ont parlé ».  
 
Porte-parole du gouvernement, Ousmane Gaoual Diallo, dans un entretien accordé à Guineenews, indique que les autorités de Conakry n’entendent pas se plier. « La Guinée n’était pas représentée à cette réunion. Ceux qui ont donné ce calendrier-là, en sont responsables. La Guinée continue d’évoluer au rythme de son peuple et en tenant compte des impératifs de sa situation ».
 
Diallo invite la CEDEAO à comprendre qu’on ne peut pas marcher « vers la démocratie par le diktat ». Le porte-parole pense que la CEDEAO ne devrait pas considérer la Guinée comme un pays en guerre ou en crise.
 
A propos des menaces de sanction, les autorités de Conakry ne semblent pas être ébranlées. « Il y a déjà d’autres pays qui sont sous sanction. Le seul effet que cela représente, c’est d’asphyxier la population ». Diallo se demande si la mission de la CEDEAO est « de créer des conditions de précarité et de pauvreté pour les peuples de la sous-région ? » 

 

Fanta DIALLO BA-senegal7