La leçon de Macky à Khalifa Sall : Qui veut des « étrennes » en formule la demande

0

L’effet canular induit par la supposée grâce présidentielle que bon nombre de Sénégalais attendait sur Khalifa Sall revient au-devant de l’actualité. Société civile, souteneurs invétérés de l’ancien maire de Dakar et sénégalais lambda ont rivalisé d’ardeur dans le lobbying devant mener à la libération de Khalifa Sall. Mais le président Macky est resté péremptoire sur l’orthodoxie Républicaine. Qui veut des « étrennes » doit en formuler la demande, selon la Rfm.

Une grâce présidentielle n’a jamais été accordée à celui qui n’en a pas formulé la demande. Loin s’en faut. Et cette règle sacro-sainte semble laissée en rade par bon nombre d’acteurs de notre landerneau politique national. Tant il est vrai que Khalifa Sall capitalise plus de 912 jours d’emprisonnement tributaire de la gestion de la caisse d’avance de la mairie de Dakar .Les Sénégalais restent divisés sur cette affaire. Les uns parlent de cabale politique tandis que d’autres de malversations financières avérées. A tort ou à raison, la libération de l’ancien maire de Dakar est devenue un impératif pour bon nombre de nos compatriotes. Et l’intense lobbying qui a été déclenché bien avant la fête de l’Aïd-el-Kebir procédait d’une volonté manifeste d’un conglomérat de souteneurs de l’ancien édile de Dakar de tordre la main au Macky. Ils iront même jusqu’à comparer la libération de Amadou Woury Diallo trafiquant de médicament à celle de Khalifa Sall. Mais le Président Macky semble se cantonner dans le registre Républicain car une grâce ne s’est jamais offerte gratuitement, mais elle est avant tout assujettie à une demande du principal concerné. Même si certains des proches de l’ancien maire de Dakar ont formulé le vœu de déposer une demande de grâce pour leur mentor, il reste qu’on ne peut être Pape à la place du Pape. Si Khalifa Sall en avait formulé la demande ; il était fort probable qu’il l’obtienne. Mais hélas ! Il y a eu plus de tollé et d’activisme que de procédure de demande dûment diligentée. Du coup, la leçon de Macky à Khalifa a été péremptoire. Qui veut des « étrennes » doit obligatoirement en formuler la demande.
Assane SEYE-Senegal7

Leave a comment