Accueil Actualités La malédiction du pétrole aura-t-elle raison sur le Sénégal ?

La malédiction du pétrole aura-t-elle raison sur le Sénégal ?

L’or noir. C’est le nom attribué au pétrole. Et souvent, le constat est unanime, l’exploitation de cet or noir est synonyme de «malédiction» dans les pays pauvres, notamment en Afrique.

Le pétrole se transforme donc en carburant alimentant la corruption et les conflits armés avec pour conséquence une pauvreté endémique, d’où la malédiction pétrolière. Comment s’y prendre pour échapper à la malédiction ?

Les prémices d’une instabilité…

Dans deux ans ou plus, le Sénégal va bientôt rejoindre le club des pays africains producteurs de pétrole. La manne financière attendue lui ouvre de nouveaux horizons pour transformer son économie et sortir les populations de la pauvreté. Mais, aujourd-hui des inquiétudes persistent. Car, dés ce vendredi 28 juin 2019, le danger est à craindre à la place de la nation.

Un risque réel de télescopage demain, vendredi, entre la plateforme «Aar li niou bokk» qui exige la lumière sur le contrat pétrolier impliquant le frère du chef de l’Etat et «Aar sunu rew» qui veut dit-il sauver le pays d’une crise politique. Sous la défensive, les jeunes de cette plateforme «Samm sugnu rew» considèrent les membres de l’opposition comme des «personnes mal intentionnées incapables de manifester et de prendre en compte les intérêts du Sénégal».

Comment échapper à la malédiction…

Pour échapper à la malédiction comme c’est presque le cas dans beaucoup de pays africains producteurs de pétrole, le Sénégal et leurs partenaires doivent promouvoir la transparence au niveau de la déclaration et de la gestion des revenus pétroliers. C’est en ce sens que «Aar Linou Book» et l’opposition Sénégalaise, sont pour négocier à nouveau les contrats pétroliers et gaziers. Cela passe par la réhabilitation d’un contrôle institutionnel efficace incitant les dirigeants à une gestion responsable et performante de la manne pétrolière. L’amélioration de la transparence, et donc de la responsabilité des acteurs, implique que le gouvernement soit soumis au contrôle effectif du parlement et de la société civile.

Selon, des observateurs avertis, «la transparence passe inéluctablement par la séparation des pouvoirs et par la neutralisation des mécanismes de connivence entre le monde de la politique et celui des affaires. Parce que ceci permet de réduire les opportunités de corruption et d’abus offertes aux dirigeants et aux bureaucrates».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici