Accueil Actualités La sinusite, une maladie grave !

La sinusite, une maladie grave !

Image 5780 400

On peut l’appeler « l’ennemi de la poussière ». La sinusite ou l’inflammation des muqueuses qui recouvrent l’intérieur des sinus est une pathologie incurable.

Sicap Liberté, 23 heures. Loin des regards, Ahmadou Sarr, nouveau bachelier, se prépare à aller se coucher. De retour d’une soirée religieuse, il enlève son bonnet, troque son boubou contre une culotte et un Marcel avant d’entamer sa lutte anti-poussière. Armé d’une bouteille d’eau et d’un balai, il asperge sa chambre avant de débarrasser la moquette d toutes les impuretés susceptibles de polluer l’air.

Depuis le bas âge, ce jeune homme de 20 ans observe le même rituel. Sa vie en dépend. Atteint de sinusite, il est condamné à se barricader contre son « agresseur » : la poussière.

Souleymane Diagne : « Je suis abattu par cette maladie »

« Si jamais je rate ce moment, je risque de ne pas dormir durant toute la nuit, indique le jeune homme. Lors de mes crises, je sens des douleurs au niveau de mes narines et j’éternue sans cesse. Du coup, mes yeux commencent à rougir. »

Fataliste, il ne suit aucun traitement. Et assume : « On m’a dit que cette pathologie ne se guérit pas. Je ne prends que des médicaments qui le soulagent. En période de crise, on peut rester pendant 5 minutes à se frotter le nez et faire des éternuements. »

Souleymane Diagne, 27 ans, acquiesce. « Je suis abattu par cette maladie, rouspète ce teint noir-physique imposant. S’il y avait un remède, je serai prêt à donner n’importe quoi pour me départir de cette pathologie qui m’empêche de faire beaucoup de choses. La nuit, c’est la galère. Et surtout quand je m’approche de la poussière. Je sens des chatouillements au niveau des narines, des démangeaisons aux yeux. Je suis souvent enrhumé. Pour dire vrai, je suis vraiment fatigué. »

Mame Diarra Faye : « J’ai fait une intervention chirurgicale pour me sentir bien »

Pour sa part, Mame Diarra Faye a décidé de lutter contre le mal. « La pathologie m’avait trop dominée car j’avais une sinusite chronique, rembobine-t-elle. Je ne supportais ni la poussière ni certains parfums. J’étais obligée de la traiter. Toutefois, le traitement n’avait pas abouti à grande chose. C’est par la suite que j’ai décidé de faire l’intervention chirurgicale qui était un peu difficile mais j’étais motivée. »

Faye de poursuivre : « Au Sénégal, cette maladie touche une bonne partie de la population. Il est de nos jours difficiles de voir une famille dont aucun membre ne souffre de cette infection. J’étais fatiguée de cette maladie. Maintenant, je me suis bien. »

Deux types de sinusite

La sinusite est inflammation des muqueuses qui recouvrent l’intérieur des sinus, ces cavités remplies d’air et creusées au niveau des os de la face. Il en existe deux types. « Il y a la sinusite allergique pour ceux qui sont allergiques à la poussière, l’essence, la pollution ou certains parfums. Il y a une sinusite d’origine infectieuse, qui est due à des microbes et plus rare », indique Dr Ciré Ndiaye, médecin ORL au Centre hospitalier universitaire (Chu) de Fann.

Les symptômes de la maladie sont variés. « Souvent, les patients se plaignent d’obstruction nasale, des éternuements quand ils s’approchent de la poussière, d’écoulements fréquents du nez, mais aussi des troubles de l’odorat parfois », liste le maître-assistant à la faculté de Médecine de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad).

Pathologie incurable et pronostic vital engagé

La sinusite est une pathologie incurable. Qui ne rend pas les armes, même face à la chirurgie. « L’intervention chirurgicale est un moyen, mais elle ne règle qu’un seul problème qu’est la narine bouchée », prévient Dr Ndiaye, qui s’empresse de préciser qu' »un traitement est possible pour améliorer sa qualité de vie ».

Mais attention à la sinusite due aux microbes ! Non traitée, elle peut mener à la mort : « A la longue, si elle n’est pas prise en charge, peut entrainer des abcès au niveau des sinus ou au niveau du cerveau. Ce qui peut engager le pronostic vital. Mais ça, ce sont des stades de complications qui sont dus aux microbes mais pas à l’allergie. »

Saliou Ndiaye