Accueil Actualités La teranga en souffrance : Les étrennes bannies par la Covid-19

La teranga en souffrance : Les étrennes bannies par la Covid-19

teranga

Le « Ndewelene »  appelé étrennes en français risque de traverser une mauvaise passe à cause de la propagation du coronavirus. Cette forme de solidarité agissante entre les enfants et les adultes, entre cousins et oncles, bref, entre membres de la communauté,  devra être ajutée, révisée ou tout simplement bannie. Car, tabaski et teranga ont toujours fait bon ménage au sein de la société sénégalaise.

La teranga sénégalaise  qui un principe sacro-saint du partage, d’échanges de cadeaux et de renforcement des liens entres membres de la famille et de la communauté se ra mise à rude épreuve.

Pour cause,  après la prière d’Al Asr communément appelé « takussan » en Ouolof, les enfants et même des adultes font le tour des quartiers ou des familles pour demander l’étrenne communément appelé « Ndewlene ».

Cette quête d’étrenne se fait souvent sous forme d’argent ou de cadeaux que se partage la communauté .

D’habitude, au village ou dans les villes, avec l’argent recueillis, les enfants se cotisent et achètent du lait et des gâteaux et prolongent la fête durant quelques jours.

Mais la quête des étrennes a surtout été plombée cette année par la Covid-19 qui dicte la distanciation physique pour éviter la propagation du coronavirus.

Certes, il ne sera pas aisé d’empêcher aux enfants de faire le tour des quartiers ou des familles  pour demander des étrennes mais le contexte ne s’y prête pas à cause de la Covid-19 qui persiste dans notre pays.

Mais les habitués à cette quête d’argent devront user de subterfuges pour obtenir le « Ndewelene »grâce au téléphone portable qui peut raccourcir les distances, gommer les contacts directs et régler le problème sans risque de contamination à la Covid-19.

Assane SEYE-Senegal7

 

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments