Accueil Actualités L’Afrique de l’Ouest sur le qui-vive : « Après le Mali, à...

L’Afrique de l’Ouest sur le qui-vive : « Après le Mali, à qui le tour ? »

Mali

Dans les pays voisins, le coup d’Etat à Bamako sonne comme une menace, voire un avertissement pour les chefs d’Etat qui souhaiteraient s’accrocher au pouvoir.

Quelques heures à peine après l’arrestation du président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) par des militaires,  hier mardi 18 août, les pays voisins du  Mali ont fermé toutes leurs frontières communes. Et au petit matin, la prise de pouvoir par les militaires dans ce vaste pays était le sujet de discussion dans toute la région.

En  Côte d’Ivoire qui a connu une petite flambée de violence depuis l’annonce de la candidature de l’actuel chef de l’Etat à la présidentielle du 31 octobre, les événements maliens sont perçus comme une alerte.

« J’espère qu’Alassane Ouattara voit bien ce qui se passe, comme un avant-goût », résume la militante suisso-camerounaise Nathalie Yamb, farouche opposante du président, expulsée du territoire national en décembre 2019.

Le coup d’Etat à Bamako a en effet réveillé des souvenirs dans un pays qui a connu son lot de violences. En 2002, une tentative de putsch avait scindé la Côte d’Ivoire et entraîné une longue crise politico-militaire. Plus récemment, en 2017, une quatrième mutinerie en trois ans avait fait plier le gouvernement ivoirien, contraint de céder aux revendications des mutins.

Depuis, Alassane Ouattara soigne ses relations avec l’armée, conscient de la menace qu’elle peut représenter, et maintient en exil celui qu’il accuse de vouloir fomenter un coup d’Etat, Guillaume Soro, ancien chef de la rébellion et candidat à la présidentielle.

Assane SEYE-Senegal7

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici