L'Actualité en Temps Réel

Laissez Pape Alé Niang libre ! (Par Mary Teuw Niane)

Dans un post, lundi, Mary Teuw Niane a volé au secours du journaliste d’investigation Pape Alé Niang. L’ancien ministre demande à ce qu’on revienne aux fondamentaux que sont le mérite, le respect des lois et des règlements, la transparence et l’éthique.

Texte in extenso 

Sauvons l’État
Laissez Pape Alé Niang libre !
Revenez aux fondamentaux que sont le mérite, le respect des lois et des règlements, la transparence et l’éthique. Ce sont les garants du bon fonctionnement de toutes les structures de l’État.

Là où il y a de l’injustice, là où les règles de fonctionnement sont violées, là où l’éthique de l’exercice de l’autorité est bafouée, là où il y a des hommes et des femmes qui ne sont pas à leurs places, il ne faut pas être surpris qu’un homme ou une femme décide d’exprimer son mécontentement, sa révolte à sa manière.

Et les journalistes partout dans le monde en font les frais.

L’incompétence est le pire des maux. Là où elle est installée, elle est comme le cancer. L’incompétence appelle l’incompétence. Elle gangrène tout, détruit tout. Incapable de se justifier, de convaincre, elle s’impose par l’autoritarisme et la répression absurde.

Notre pays était respecté et salué partout en Afrique par le niveau de ses autorités, la qualité de ses serviteurs de l’État, l’organisation et le fonctionnement de son administration, de ses forces de défense et de sécurité. Ses ressources humaines éparpillées à travers le monde sont partout très appréciées.

À petite dose, à un rythme soutenu, partout, la déstructuration de notre État se poursuit par l’adjonction d’éléments étrangers, inappropriés ou tout simplement par un laxisme partisan et coupable.

La loi, le règlement ne sont faits que pour sanctionner ceux qui empêchent de tourner en rond. Notre administration, notre justice, toutes nos structures et institutions, petit à petit, perdent de leur autorité, de leur respect et de leur lustre.

Évidemment les dysfonctionnements involontaires ou volontaires vont se multiplier à tous les niveaux de l’État tant qu’il n’y aura pas un sursaut salutaire, une remise en cause des manières de faire des autorités ou de l’Autorité.

L’Autorité doit se rappeler que l’État n’appartient pas au pouvoir politique passager qui le sert.

Laissez libre Pape Alé Niang !

Sauvons notre État alors qu’il est encore temps !

C’est l’affaire de l’Autorité, des autorités et de nous tous.

Voilà un grand chantier sur lequel tout le monde doit apporter sa contribution. L’effondrement de l’État est la pire des choses qui peut arriver à un pays. L’installation de l’instabilité. La fin de tout espoir de développement.

Donc, unissons-nous pour sauvegarder notre État, notre République, notre démocratie, notre paix, notre espoir d’un futur meilleur.
Je vous souhaite une excellente semaine sous la protection divine.

Dakar, lundi 7 novembre 2022
Mary Teuw Niane