Accueil Actualités Le Comité sénégalais consultatif sur les vaccins rassure : « Rien n’a...

Le Comité sénégalais consultatif sur les vaccins rassure : « Rien n’a été laissé au hasard»

Le président de la République, Macky Sall, a décidé, en marge du Conseil des ministres de mercredi dernier, que le démarrage de la campagne de vaccination contre la COVID-19 sera effectif à la fin de ce mois de février en cours. Mais beaucoup de Sénégalais se posent d’énormes questions concernant ces vaccins dont aucune information n’a été donnée. Après la lecture du bulletin du jour du ministère de la Santé, Professeur Tandaka Ndiaye Dièye qui officie au Centre national de transfusion sanguine du Sénégal a fait le point sur les vaccins contre la COVID-19. Le scientifique et membre du Comité sénégalais consultatif (CSC ) sur les vaccins a tenu à rassurer que « rien n’a été laissé au hasard » autour de ses vaccins.

« Aujourd’hui, on est confronté à de sérieux problèmes sur la Covid et que seule la vaccination constitue un espoir énorme pour arriver à réduire considérablement cette pandémie », a d’entrée, déclaré l’expert.

Qui a informé qu’ « hier (samedi), on a eu à faire un forum où il y a eu plus de 400 participants et nous avons eu à partager tout ce que nous avons eu à sortir comme résultats et nous avons donné un avis sur cinq grands types de vaccins et c’est sur la base de cet avis-là que le ministre de la santé du Sénégal et l’Etat du Sénégal, ont pris des décisions pour faire venir ces vaccins là ».

Ces cinq vaccins sont, a listé l’expert, « les vaccins à d’ADN ou d’ARNm, les vaccins Moderna, les vaccins Pfizer. Mais également une autre plateforme, c’est le vaccin d’AstraZeneca. Et Cette même plateforme a été utilisée pour le vaccin russe et une troisième plateforme qui concerne les vaccins inactivés c’est-à-dire les vaccins traditionnels ».

Non sans souligner qu’ « il y a beaucoup de discussions dans les vaccins et évidemment notre rôle c’était d’apporter un éclairage par rapport à cela. Nous avons travaillé aussi bien sur la tolérance, sur l’innocuité des vaccins parce qu’un vaccin ne doit pas tuer quelqu’un. Il faut qu’on dise à la population que ces vaccins là ont suivi toutes les étapes qu’il faut pour arriver à mettre un point un vaccin. Toutes les phases ont été respectées aussi bien l‘innocuité ».

Mieux, a-t-il poursuivi, « Nous avons même travaillé sur les doses de vaccin, sur la conservation évidemment parce que nous, dans nos pays, on a un sérieux problème de conservation et par conséquent nous avons regardé beaucoup ce volet-là et enfin l’efficacité des vaccins ».

Car, pour l’universitaire sénégalais, « il faut qu’on puisse dire forcément que ses vaccins sont efficaces ». Estimant que « les parties les plus difficiles, c’est les premières phases et les deuxième phases parce que c’est à ce niveau là qu’on doit convaincre la population sur le fait qu’il ait, même s’il y a l’apparition d’effets secondaires, ce sont ses effets secondaires qui sont attendus sur les vaccins, c’est les effets secondaires graves qu’il ne faut pas ».

L’immunologue de renseigner que : « dans le monde, il y a 172 millions de doses de vaccins qui ont été distribuées dans le monde ce matin. Et il y a plus de 5 millions de doses qui sont données chaque jour c’est incroyable, c’est la ruée vers les vaccins et l’Afrique est derrière par rapport à cela », a-t-il déploré.

Ce qui a poussé l’expert sénégalais à se poser la question de savoir : «Est-ce que nous, nous ne comprenons pas bien les vaccins ? Ou bien, est-ce que nous n’avons pas assez d’experts pour expliquer à nos populations qu’est-ce qui se passe autour des vaccins ? »

Pr Diéye est convaincu qu’il y’a une possibilité pour mettre fin à cette covid-19, qui est « un véritable casse-tête pour tout le monde ». Et, « c’est le vaccin », a-t-il soutenu.

Il a rassuré que l’ensemble de ces vaccins cités ci-dessus, « sont bien valables pour le Sénégal », espérant que « les variants ne soient pas très grands comme connu dans certains pays ».

Avant de lancer : « toutes les questions que vous avez à poser sont des questions pour lesquelles nous sommes prêts à apporter des éclairages et les réponses. Il n’y a pas une question qui n’est pas à sa place. Toutes les questions, que ce soit rumeurs que ce soit ce que vous voulez, toutes les questions seront les bienvenues. En tout cas, le vaccin rime toujours avec rumeur, rime avec suspicion, avec méfiance. Et, c’est normal parce que vous donnez à quelqu’un un élément étranger alors qu’il n’est pas malade, donc il faut convaincre cette personne ».

A noter que le Sénégal n’a pas communiqué sur le vaccin choisi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici