Accueil Actualités Le cri de cœur des ouvriers d’Eximcor : 66 mois d’arriérés...

Le cri de cœur des ouvriers d’Eximcor : 66 mois d’arriérés de salaires entre les mains d’Amadou Bâ

Le collectif des ouvriers d’Eximcor-Afrique du nom de la société minière de Sabodala dans le département de Kédougou qui a  été mise  aux arrêts depuis 1998    par le régime socialiste coure toujours derrière 66 mois d’arriérés de salaire. Pour cause, après avoir esté en justice et obtenu  la liquidation de la société, ces  150 travailleurs n’attendent que l’aval du ministre des finances Amadou Bâ pour rentrer dans leurs fonds mais en vain.

EEXIMCOR/AFRIQUE est une entreprise minière qui exploitait l’or de Sabodala. Elle a été mise aux arrêts par l’Etat  sénégalais  en 1998  sous  le règne socialiste, envoyant  ainsi au chômage plus de 150 travailleurs. Ayant  esté en justice, ces derniers ont gagné leur procès depuis longtemps et la liquidation de ladite société s’est effectuée sous de bons auspices. Mame Mbaye Sèye l’avocat en charge du dossier  qui a suppliée  le défunt Me Dial Guèye sur ce dossier ne semble pas faire dans la clarté. Ainsi après 20 ans d’attente, ce collectif des ouvriers d’Eximcor n’en peut  plus d’attendre leur dû. Des familles entières se sont disloquées, des couples éclatés, certains sont morts, des malades grabataires attendent l’heure fatidique, des hommes et femmes dûment éprouvés  aujourd’hui par ce  calvaire sans précédent ne savent plus à quel saint vouer leur sort. Ces ex-travailleurs  à qui le liquidateur a fait savoir que le dossier est désormais entre les mains du ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Bâ, croient dur comme fer que leur destin est désormais entre les mains de l’argentier de l’Etat. Et si rien n’est fait d’ici là, ils comptent passer à la vitesse supérieure. D’ailleurs, dans les prochains jours, ces membres préparent un point de presse pour décrier le blocage de leur argent au ministère des Finances.

Assane SEYE-Senegal7

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici