Accueil Actualités Le désormais ancien président du Barça, Josep Maria Bartomeu en prison !

Le désormais ancien président du Barça, Josep Maria Bartomeu en prison !

L’ancien président du FC Barcelone a été interpellé et placé en détention provosoire, ce lundi, dans le cadre du Barçagate.
Cette affaire dure depuis des mois. Elle a démarré bien avant sa démission de la présidence du Barça. Les enquêteurs suspectent des détournements de fonds orchestrés par Josep Maria Bartomeu, mais aussi une campagne de déstabilisation de plusieurs opposants, voire quelques joueurs du club, au travers des services d’une agence de communication. Selon la CadenaSER, Josep Maria Bartomeu a été interpellé, ainsi qu’Óscar Grau, ancien directeur général du club, et Román Gómez Pontí, ancien chef des services juridiques.

Il y a un an tout juste, Josep Maria Bartomeu avait répondu en conférence de presse aux accusations ont il était l’objet dans cette affaire. Il avait notamment nié avoir fait appel à une société pour discréditer certains de ses joueurs, dont Lionel Messi ou Gerard Piqué, le président du FC Barcelone s’est défendu : « Le Barça n’a jamais engagé de service pour discréditer qui que ce soit. Ni un joueur, ni un ancien joueur, ni aucun politicien, entraîneur, président ou ancien président. C’est carrément faux. Nous nous défendrons si nécessaire dans ce dossier, par tous les moyens et devant tous ceux qui nous accusent de ces pratiques », avait-il alors déclaré. Mais Bartomeu avait néanmoins avoué avoir fait appel à I3 Ventures pour surveiller les réseaux sociaux : « Oui, il est vrai qu’à la fin de 2017, le Barça a embauché ce service de surveillance comme le font la grande majorité des clubs et des entreprises. C’est certain. » Il assurait avoir mis un terme à la mission, rapidement : « Il a été confirmé qu’un compte, lié à cette entreprise, a envoyé des publications négatives. Ce matin, nous avons demandé de résilier le contrat. » Il avait enfin assuré que le club catalan continuerait de surveiller les réseaux sociaux, bien que cette pratique ne soit pas populaire : « A la question de savoir si nous avons commandé le suivi des réseaux sociaux, la réponse est oui. Et nous continuerons à le faire. Il est de la responsabilité du club de savoir ce qui se passe et ce qui se dit dans le monde, toujours pour préserver le Barça », avait-il ajouté, occultant soigneusement l’aspect détournement de fonds de l’affaire.

Senegal7 abvec Sp