L'Actualité en Temps Réel

Le Dièse de Sara/ Au-delà du ratio dette/PIB : comprendre les vraies dynamiques économiques

Je me suis souvent demandé pourquoi les débats autour de la dette publique des pays en développement sont si souvent empreints de simplifications et de malentendus. Il est temps que nous réévaluions notre vision de cette problématique complexe, en nous débarrassant des mythes nuisibles qui faussent notre compréhension. Depuis des décennies, nous entendons des voix s’élever pour accuser les gouvernements des pays en développement d’emprunter de manière excessive et irresponsable. Cette perception, malheureusement, conduit à un stress de la dette qui bloque les investissements et la croissance.

 

Cependant, cette idée repose sur une analogie trompeuse : celle qui compare les finances des gouvernements à celles des ménages. Contrairement aux ménages, la plupart des gouvernements nationaux émettent leur propre monnaie. Cette différence est cruciale. Les dépenses publiques ne sont pas simplement des coûts à équilibrer contre des revenus ; elles créent de la richesse financière nette pour le secteur non gouvernemental.

Lorsqu’un gouvernement a un déficit, il injecte de l’argent dans l’économie, ce qui augmente l’épargne privée et la masse monétaire. Équilibrer le budget public ou, pire encore, rembourser toute la dette publique, priverait l’économie de cette précieuse monnaie.

Je trouve particulièrement problématique le mythe selon lequel il existerait un niveau insoutenable de dette publique au-delà duquel la croissance économique serait compromise. Cette croyance a été maintes fois discréditée par des études sérieuses, y compris au sein du FMI. Pourtant, elle persiste et influence encore les politiques économiques.

Le ratio dette/PIB, souvent utilisé comme indicateur, ne tient pas compte de la nature fondamentalement différente entre un « stock » (la dette) et un « flux » (le PIB). En réalité, ce ratio n’a pas la pertinence analytique qu’on lui prête souvent.

Nous devons également considérer les différences majeures entre les pays du Nord et du Sud. Les gouvernements des pays développés, endettés dans leur propre monnaie, ont une capacité de gestion de leur dette bien différente de celle des pays en développement, dont la dette est souvent libellée en devises étrangères.

Cette différence crée un « mur de Berlin » monétaire, où les pays du Sud sont contraints d’accumuler des devises fortes pour leurs transactions internationales, ce qui les rend vulnérables à des crises de la dette.

L’ordre économique mondial actuel est profondément inégalitaire et injuste. Les pays en développement, souvent riches en ressources naturelles, sont piégés dans un cycle d’endettement extérieur accru par des conditions de financement prohibitifs et des politiques imposées par les institutions de Bretton Woods. Ces politiques d’austérité et de dénationalisation compromettent leurs perspectives de développement durable.

Nous devons changer notre approche. La dette publique doit être vue à travers le prisme de ses impacts macroéconomiques et distributifs. La question cruciale n’est pas tant le niveau de la dette, mais plutôt comment les dépenses publiques influencent l’économie : génèrent-elles de l’inflation, affectent-elles la balance des paiements, et surtout, qui en bénéficie et qui en pâtit ?

En tant que société globale, nous devons reconnaître que les abus et la mauvaise gestion aggravent l’endettement, mais ils sont souvent exacerbés par un système économique international inégal. Pour permettre aux pays en développement de prospérer, nous devons réformer ce système et adopter une approche plus juste et équitable de la gestion de la dette publique.

 

 

                                                                             Auteur: SARA JUPITER,  SENEGAL7

Comments are closed.