Accueil Actualités Le Gabon se dote d’une usine de médicaments, le Sénégal peine à...

Le Gabon se dote d’une usine de médicaments, le Sénégal peine à relancer Medis Pharma

La pandémie à coronavirus et ses corolaires devraient inciter les Etats africains à se doter d’usines de fabrication de médicaments. Pour cause, avec Medis Pharma implanté au Sénégal, la première vague de coronavirus avait bénéficié du traitement par   l’utilisation de la chloroquine.

Le site de Médis, filiale d’un groupe tunisien, situé à Thiaroye en banlieue de Dakar, est à l’arrêt depuis mi-janvier 2020. En pleine pandémie de coronavirus, le président Macky Sall a demandé, lors du dernier Conseil d’un Conseil des ministres, la relance rapide des activités de l’usine, pour un meilleur approvisionnement du pays en produits pharmaceutiques.

Mais le constat est que depuis lors, ses instructions sont rangées aux oubliettes alors que les urgences de l’heure préconisent des mesures fortes. En effet au niveau Ouest africain, le Gabon vient de terminer la construction d’une usine de fabrication des médicaments génériques.

Baptisée Santé pharmaceutique, l’usine située dans la Zone économique spéciale de Nkok, à 27 kilomètres de Libreville, est un investissement d’hommes d’affaires indiens qui a coûté 20 milliards de francs CFA soit 37 millions de dollars. L’usine est capable de produire des médicaments pour toute l’Afrique.

L’usine de Nkok est spécialisée dans la fabrication d’une gamme très variée des médicaments génériques : « Des antibactériens, des antidiabétiques, des antidépresseurs, des antipaludiques, des antihistaminiques, des antiasthmatiques, etc.

Notre objectif est de produire des médicaments « made in Gabon » et de réduire les coûts de 40% pour un accès au marché gabonais, ensuite africain et pourquoi pas aux autres continent. »,a indiqué un haut responsable de cette unité pharmaceutique.

Mais sans une réelle volonté politique, le Sénégal risque de trainer encore les pieds alors que Medis Senegal pouvait bien renaitre de ses cendres et approvisionner le pays et l’Afrique en produits pharmaceutiques génériques. Mais hélas !

Assane SEYE-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici