Le Macky : La Bourrasque déchainée !

4

On a beau épiloguer sur un éventuel troisième  mandat du Chef de l’Etat Macky Sall mais chassez l’énigme, il revient toujours au galop. Les Sénégalais ont aujourd’hui une bonne raison de croire que le président  de la République va briguer un troisième mandat. Car, il serait illusoire qu’un Chef d’Etat qui est à son second et dernier mandat, en vienne à arborer une sorte de virginité politique, qui le prédispose à ratisser large du côté des leaders supposés drainer du monde. Le peuple est  pressurisé sous l’effet d’une politique financière arbitraire. N’empêche, la bourrasque déchainée du Macky fait du chemin sur les dédales d’un troisième mandat  prévariquant.

Le maître du « JE » politique, c’est Macky Sall. Il est la seule constante au sein de la majorité présidentielle. Tout se réduit à sa posture partisane. Tout-puissant et usant des clivages de son camp  pour gouverner, il ne semble pas mesurer l’état de pauvreté dans lequel le Sénégal est plongé.

Consécutivement à sa gestion nébuleuse et aux conséquences de la Covid-19. Le Sénégal est aujourd’hui méconnaissable du fait de ses fils  portés à sacrifier l’intérêt supérieur de la nation au détriment des délices d’un pouvoir finissant.

Le constat est d’autant plus navrant que l’on assiste à une justice muselée pour des raisons éminemment politiques. Ainsi, le Sénégalais pour qui la justice est rendue devient un assujetti, malléable et corvéable à souhait.

La condamnation de Souleymane Teliko, président de l’Union Nationale des Magistrats du Sénégal (Ums) par la chancellerie procède d’un casus belli pour tous ceux qui seraient tentés de semer des embuches sur le chemin  menant à un troisième mandat. Les juges qui travaillent pour le peuple, la chancellerie n’en veut pas.

En effet, les feuilletons judicaires qui ont émaillé les différents pouvoirs qui se sont succédé dans notre pays, témoignent de la gravité de la situation au sein du temple de Thémis. Aujourd’hui, le Président Macky est à son second et  dernier mandat mais l’on a tout comme l’impression qu’il ne voit pas cette date butoir de la même façon que ses compatriotes.

Les intellectuels du pays pour la plupart le  soutiennent, ses tètes brûlées sont subrepticement limogés tandis que ceux qui chantent ses louanges  se voient dérouler le tapis rouge. Idrissa Seck le leader de Rewmi a été dompté par ses soins. La coalition Jotna en a eu son grade.

Le Pds a été secoué de l’extérieur par la nomination comme ministre de son ancien coordonnateur, Omar Sarr. Aujourd’hui, c’est au tour de Khaifa Sall de se soumettre ou de se démettre. On lui prêterait des rencontres sécrètes avec le Chef de l’Etat.

A tort ou à raison, les sénégalais ne savent plus qui croire malgré les démentis de ses proches collaborateurs. Macky tête baissée, continue d’additionner. Il débusque, débauche et embauche à tour de bras espérant se constituer une majorité confortable qui puisse justifier son troisième mandat en lieu et place de réalisations convaincantes.

Les complaintes et les cris de détresse de son peuple, il n’en a que faire. Ce qui importe pour lui, c’est son camp et sa personne mais pas le Sénégal. Si la collecte de leaders d’opinion était gage de victoire, le Président Abdoulaye Wade n’allait jamais lui passer le flambeau. Mais hélas ! « L’unité autour des bases structurées dégage le dictateur ».

Que l’opposition se le tienne pour dit car la bourrasque du Macky est désormais déchainée !

Assane SEYE-Senegal7

 

 

 

 

Show Comments (4)