Accueil Actualités Le parrainage est prématuré : On ne naît pas Président, on le...

Le parrainage est prématuré : On ne naît pas Président, on le devient

Le système de parrainage qui consiste  à réduire les candidatures s’ajoute  déjà au nombre des points d’achoppement qui grippent la machine du processus électoral. En politique, tout s’inscrit dans le temps. On ne nait pas Président de la République, on le devient. Dans un pays où l’Etat contrôle tout, y instaurer de sitôt le système de parrainage relève d’une véritable hérésie.

Le projet de loi  portant sur le  système de parrainage qui consiste à l’élimination des candidatures « fantaisistes » en voie d’être voté à l’assemblée nationale est loin de faire l’unanimité au sein de la classe politique nationale. Tant il est vrai que sous d’autres cieux, c’est une pratique qui est  en cours et qui ne pose aucun problème entre protagonistes de la situation. C’est parce que dans ces dits-pays, les institutions ne souffrent d’aucune instrumentalisation du coté de ses Etats concernés. Mais présentement chez nous autres sénégalais, tel que le pouvoir le décide à quelques mois de la prochaine présidentielle, il importe  de relativiser cette « restriction » qui est moins une volonté du pouvoir  d’assainir la kyrielle de candidatures que d’éliminer systématiquement de potentiels adversaires devenus gênants pour le chef e l’Etat sortant. Et les condamnations burlesques de Karim et de Khalifa Sall sont des preuves irréfutables de la volonté de l’actuel Président de la République de ne jamais aller en  compétition avec ces adversaires précités. Encore que, élu avec 65% des suffrages de nos compatriotes en 2012, les législatives dernières ont fini de lui discerner  49% de l’électorat ayant consacré son accession à la magistrature suprême. Cela signifie d’emblée que le système de parrainage n’est qu’un moyen très subtile qu’il utiliserait pour maquiller son manque de majorité absolue face à des adversaires politiques coriaces qui ne comptent pas se laisser faire. S’y ajoute la nouvelle conscience citoyenne incarnée par de jeunes leaders qui cristallisent de plus en plus l’attention des sénégalais. De jeunes leaders qui n’ont plus que faire de la politique politicienne qui en train de retarder notre pays à des années lumières. Le  « génie politique sénégalais »  est  non seulement en avance sur les politiques, mais il urge à la classe politique nationale de mesurer certaines initiatives arbitraires qui pourraient plonger notre pays dans le chaos. Car trop d’injustices injustifiées finissent par instaurer l’anarchie et décrebiliser la sacralité de l’Etat en que puissance publique. Les candidats à la présidentielle qui jouent leur destin pour être entendus et connus ne le feront pas avec un coup de baguette magique. En politique, tout s’inscrit dans le temps. On ne nait jamais Président de la République, on le devient.

Senegal7.com