Accueil Actualités Le Pds : Vers une instabilité chronique

Le Pds : Vers une instabilité chronique

Wade

Le parti démocratique Sénégalais (Pds) entre dans une phase d’instabilité sans précédent. Le véritable problème, c’et le dénouement dans l’affaire dite Karim Wade.
Son leadership et sa capacité de manœuvrer ne sont plus à démontrer. Cependant, force est de reconnaître que Wade, fondateur du Pds, n’a plus les coudées franches de diriger le Pds comme il le faisait alors qu’il avait toutes les capacités nécessaires.

Aujourd’hui, eût égard à ses manœuvres tous azimuts pour obtenir l’amnistie de son fils au point de peaufiner les retrouvailles de la grande famille libérale avec l’actuel chef de l’Etat et de Madické Niang, Wade a mis sens dessus dessous son parti.

Sa récente exclusion d’Oumar Sarr du Pds et sa réconciliation avec Madické Niang a mis le feu aux poudres.

« Le Pds n’est pas le patrimoine de Karim Wade»

Invité de Rfm matin ce lundi, suite à l’exclusion d’Oumar Sarr par Wade, le responsable libéral de Richard Toll, Abdoul Aziz Diop est formel : «Karim se cache derrière son père et quiconque veut lui administrer une raclée rencontre Wade».

En effet, à en croire le député libéral, leur ancrage au Pds n’est pas négociable et pour montrer le dynamisme de leur mouvement « And Soxali Sopi», il a laissé entendre que «le Pds ne sera pas laissé entre des mains inexpertes et qu’il n’est pas le patrimoine de Karim Wade».

Oumar Sarr jette dans la poubelle la note de Wade

Même s’il n’est pas surpris par la mesure de son exclusion du Pds, Oumar Sarr tient tout de même à la dénoncer sur les colonnes de l’Observateur. «C’est une décision nulle et non avenue. Je ne tiens pas compte de cela (de cette mesure d’exclusion). Parce qu’il y a les mouvements Karimistes et autres qui fonctionnent, existent et se réunissent de manière séparée, font leur propagande de manière séparée et il n’y a jamais eu de sanction contre eux. Il semble qu’il y a là, deux poids deux mesures. Aucune direction ne s’est réunie depuis décembre 2018, donc aucune décision ne pourrait engager la direction du Parti démocratique sénégalais».

La rébellion en marche au Pds

La rébellion est en marche au Parti démocratique sénégalais (Pds), après la mise en place par Me Abdoulaye Wade du nouveau Secrétariat national. Le désormais ancien Secrétaire général adjoint Oumar Sarr, zappé du nouveau « Gouvernement », Me Amadou Sall, qui a refusé le poste qui lui a été attribué et d’autres pontes de la formation libérale, accuse le « Pape du Sopi » de remanier profondément le Secrétariat exécutif national (Sen) du Parti démocratique sénégalais (Pds) au profit exclusif de son fils Karim Wade et de ses ouailles.

Plusieurs autres responsables sont prêts à faire face au nouveau Secrétariat national qu’ils qualifient de forfaiture.

A ce rythme, c’est Wade et son fils qui vont en pâtir de plus. Et le Pds risque d’être dans une instabilité chronique. Car, après avoir boycotté la présidentielle du 24 février 2019, le Pds est en passe de rater le virage de 2024. Un véritable gâchis…, le navire bleu risque d’être emporté par les vagues successives…
senegal7