L'Actualité en Temps Réel

Le Sénégal ’’préoccupé’’ par les menaces sécuritaires dans la sous-région (officiel)

0

Le Sénégal, à l’image des autres Etats membres de la CEDEAO, demeure « préoccupé par les menaces sécuritaires de notre sous-région », a déclaré le directeur de cabinet du ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Malick Diouf.’’ Le Sénégal, à l’image des autres Etats membres, demeure préoccupé par les menaces sécuritaires de notre sous-région parce qu’elle est confrontée, ces dernières années, à une vague de violences’’, a-t-il dit.

Il représentait, lundi, la ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Aïssata Tall Sall,, à l’atelier de formation sur la Reforme et la gouvernance du secteur de la sécurité RGSS) de la CEDEAO. La rencontre est axée sur le thème : « Renforcement des capacités des parties prenantes et des Institutions du secteur de la sécurité et des domaines de contrôle pertinents au sein des Etats membres de la CEDEAO ».

’’Notre sous-région est confrontée, ces dernières années, à une vague de violence qui se concentre particulièrement au Sahel où sévissent des groupes armés terroristes semant la terreur et contribuant à instaurer un climat d’instabilité politique dans la région, à travers notamment un retour des coups d’Etat’’, a-t-il fait remarquer.’’Devant cette situation, les Etats les plus touchés par cette violence, appelés communément pays de la ligne front, tentent de mettre en place, avec l’appui de la CEDEAO, l’UA et de la communauté internationale, des stratégies de lutte pour enrayer le terrorisme, l’une des plus grandes menaces sécuritaires en Afrique de l’Ouest’’, a-t-il ajouté.

 

Il a également souligné ’’les changements anticonstitutionnels de régime intervenus au Mali, en Guinée et au Burkina Faso’’.Dans cette optique, il a insisté sur ’’la nécessité de remobiliser l’ensemble des parties prenantes : les autorités étatiques, les acteurs politiques et les associations de la société civile qui doivent conjuguer leurs efforts en vue d’arriver, par le dialogue et la concertation à enrayer cette menace à la démocratie’’.

 

Il a salué cette initiative du Réseau du secteur africain de la sécurité (ASSN) et du Projet d’architecture paix et sécurité de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (EPSAO) qui, selon lui, ’’concoure à améliorer la perception de la Réforme de la gouvernance du secteur de la sécurité au sein de notre sous-région’’.’’Le Sénégal s’est inscrit, depuis notre indépendance, en droite ligne des dispositions du cadre politique de la CEDEAO pour la RGSS en incluant dans le curricula de formation de ses Forces de défense et de sécurité, en plus de l’instruction militaire, des modules relatifs, par exemple, aux droits de l’homme’’, a-t-il fait valoir.

 

Le représentant de la délégation de l’Union européenne (UE), Christoph Belzer, a déclaré : ’’l’UE espère que la diffusion du cadre politique régional et son adaptation aux contextes nationaux amélioreront les capacités qui auront un impact direct sur la vie quotidienne des citoyens ouest-africains’’.Il a invité ’’toutes les parties prenantes à soutenir les efforts visant à domestiquer les orientations contenues dans cet important document au Sénégal et à travers l’Afrique de l’Ouest, car il représente la pierre angulaire d’une approche intégrée de la RGSS’’.

 

’’Ces orientations reflétées dans le programme du présent atelier de formation comprennent, entre autres, l’Etat de droit et la justice, la gestion des menaces maritimes, la promotion de la gouvernance démocratique et de la redevabilité dans les appuis externes fournis pour la RSS, et enfin et surtout l’intégration de la dimension de genre dans les processus de RSS’’, a-t-il souligné.

Assane SEYE-Senegal7

laissez un commentaire