Accueil Actualités Le syndrome du Pds secoue l’Apr : Le parti présidentiel «balafré»

Le syndrome du Pds secoue l’Apr : Le parti présidentiel «balafré»

wade et macky
wade et macky

Décidément ! La crise politique qui a secouée le Pds de Wade est en train de balafrer le visage de l’Apr de Macky Sall, actuel chef de l’Etat. Les deux crises au sein des deux formations politiques d’obédience libérale ont la même origine : la frustration !

«Suqqal Sopi…»

N’étant plus en odeur de sainteté avec son mentor, Wade, Oumar Sarr, ex-numéro 2 du Pds, évincé par un remaniement du bureau du Pds, s’set senti trahi et a mis en place un mouvement, un courant : « Suqqal Sopi ». Refusant de démissionner, il a décidé de se battre au sein du Pds, qui dit-il, « n’est pas le patrimoine de Wade ou de son fils, Karim ».

C’est ainsi, il défie le Pape du Sopi, qui à travers des communiqués renseigne qu’Oumar Sarr, en créant un courant au sein du Pds, s’est auto-exclu du parti. Ce que ce dernier, soutenus par d’autres frustrés : Babacar Gaye, Me Ahmadou Sall, Abdoul Aziz Diop pour ne citer que ceux-là, tous victimes du dernier remaniement du bureau du Pds, rejette en bloc et parle de diversion.

C’est la même situation que sévit aujourd’hui à l’Apr, suite à la décision de la commission de discipline d’exclure Moustapha Diakhaté.

«Maanko Taxawu sunu Apr…»

A l’instar d’Oumar Sarr au Pds, Moustapha Diakhaté créa son courant «Maanko Taxawu sunu Apr…»

Également, au même titre qu’Oumar Sarr, les mêmes reprochent ont été faites à Mr Diakhaté. «Il est libre de créer un mouvement, mais ce qui est sûr ce sera en dehors de l’Alliance pour la République parce que, lui-même, a fini de montrer qu’il n’est plus membre de l’Alliance pour la République», a soutenu Abdou Mbow, porte-parole adjoint de l’Apr et membre de la commission de discipline.

Tout compte fait, aujourd’hui, qu’il s’agit de «Suqqal Sopi…» ou de «Maanko Taxawu sunu Apr…», le Pds et l’Apr sont sérieusement secoués.

Car, au sein des deux partis politiques les exclusions des créateurs de courants sont suivies d’une vague d’indignation, faisant que des responsables et militants ont décidé de leur rejoindre. Ce qui, du reste, va à coup sûr, fragilisé la dynamique dans ces formations politiques. Car, en politique, c’est l’addition qui est usitée et non la soustraction.
senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici