« L’échec politique du dialogue national est le résultat de toute cette cacophonie »

Le Mouvement J’aime le Sénégal trouve inadmissible et incorrecte que nos vaillants fonctionnaires du Ministère de l’intérieur soient critiqués, harcelés et jetés en pâture par de hauts responsables politiques.

Ce qui se passe et qu’il faut déplorer c’est que nous avons un code électoral dont l’encodage des textes est susceptible à des interprétations et des interférences nuisibles et ne facilitent pas la même compréhension. L’échec politique du dialogue national est le résultat de toute cette cacophonie.

Cependant, il faut reconnaître que le principe de l’application rigoureuse et vigoureuse de la loi est un impératif catégorique si nous voulons organiser des élections transparentes. Au nom de la Grande Coalition Bunt Bi, le J.A.S lance un appel à la sérénité et exhorte le Conseil constitutionnel à dire le droit rien que le droit.

Pour la stabilité du pays et la sécurité des personnes et des biens les forces de défense doivent prendre toute leur responsabilité. Le droit de manifester est le principe le plus élémentaire dans une démocratie , on doit l’encadrer. Appeler le peuple à l’insurrection est une machination politicienne qu’on ne peut tolérer dans un État de droit.

Le Mouvement J’aime le Sénégal réitère son attachement, son engagement et son ancrage au niveau de la Coalition Bunt Bi qui constitue la première force citoyenne du Sénégal en se classant Troisième lors des élections locales.

Bâtir un Sénégal entreprenant et solidaire avec une Assemblée de rupture ne s’opérera qu’en imposant au régime du Président Macky Sall une cohabitation citoyenne et non politicienne. Sinon celle ci risquera de nous faire revivre les sombres périodes de notre histoire institutionnel le entre le Président Lamine Gueye et le Président Senghor.

* Par Moulaye CAMARA,
Pdt Mouvement J’aime le Sénégal