Législatives 2017 : La première mi-temps de 2019 se jouera sans cadeau entre Benno et Mankoo

0

 

 

Les armes sont en train d’être affûtées par les Etat-majors politiques de Benno Bokk Yaakaar et de Manko en direction des élections législatives du 30 juillet prochain.

Si Macky Sall a réussi a maintenir Benno Bokk Yaakar, devenue de facto, la plus longue coalition politique au Sénégal, Abdoulaye Wade, Idrissa Seck, Pape Diop, Mamadou Lamine Diallo de Tecki, Mansouy Sy Diamyl, Malick Gakou, Mamadou Diop Decroix, Khalifa Sall, Jean Paul Diaz, pour ne citer que ceux-là, qui incarnent l’opposition la plus significative, ont réussi à se retrouver aux législatives pour imposer une cohabitation à la mouvance présidentielle.

De notre mémoire, après 2 000, avec l’arrivée de Me Wade au pouvoir, jamais une coalition ne s’est aussi structurée aux législatives pour une majorité à l’hémicycle, avec un seul objectif : imposer une cohabitation au pouvoir en place.

La première mi-temps

L’élection présidentielle de 2019, va se jouer comme dans un match de football, avec une première partie et une deuxième. La première est prévue au mois de juillet 2017, avec les élections législatives et la deuxième en 2019 pour la concrétisation.

Si le parti au pouvoir venait à prendre le dessus sur Manko en remportant avec un score satisfaisant les législatives, le candidat, Macky Sall et sa large coalition, peuvent présager un second mandat présidentiel en 2019. Ils auront enfin réussi la prouesse d’amoindrir les changes de Manko qui risquera de voler en éclat. Parce que la confiance entre les différents ténors de l’opposition ne sera plus au beau fixe.

Ce qui va sans nul doute, permettre à Benno Bokk Yaakar de préparer avec sérénité la présidentielle de 2019.

En effet, si le contraire se produit, c’est-à-dire, si l’opposition regroupée au sein de Manko, remporte les législatives, Idrissa Seck et Cie vont se faire des ailles. C’est-à-dire, réconforter davantage leur union, pour entrevoir la Présidentielle de 2019 avec beaucoup de confiance.

Mieux, Manko, déjà en ordre de bataille pour faire partir Macky Sall par le truchement des urnes en 2019, va s’autoproclamer comme étant la seule alternative pour venir à bout des aspirations des populations, devant ce qu’elle a déjà considéré comme l’échec patent de l’actuel régime.

Comme un couteau à double tranchant, la victoire de Manko aux législatives est appréhendée par des observateurs avertis de la scène politique Sénégalaise, comme étant un véritable danger. Parce que disent-ils, «le pays sera ingouvernable. En ce sen que tous les projets de lois venus du pouvoir vont souffrir à l’Assemblée nationale. Et ce duel au sommet n’est pas le bien venu pour la jeune démocratie Sénégalaise. Car, le blocage que va générer cette donne va à coup sûr, déteindre sur le bon fonctionnement du pays et c’est le peuple souverain qui va en pâtir». La deuxième mi-temps interviendra effectivement en 2019.

Benno Bokk Yaakaar dans la tourmente

Aussitôt après la mise en place de Manko Senegaal, la camp présidentiel est dans la tourmente. Ainsi, en sa qualité de Président de la coalition Benno Bokk Yaakaar, le président Macky Sall, après avoir mesuré la menace a sorti une lettre-circulaire pour appeler ses camarades à l’unité. Il a, d’emblée, rappelé aux membres de cette coalition que conformément à leur engagement partagé de «lutter ensemble, gagner ensemble et gouverner ensemble».

C’est pourquoi, en direction des élections législatives à venir, Macky Sall pense que la coalition Benno Bokk Yaakaar doit consolider cette dynamique unitaire gagnante, dans le cadre de la stratégie retenue d’une liste commune, «confectionnée selon une démarche consensuelle reflétant notre riche diversité sur la base des principes de représentativité, de solidarité, d’éthique et de générosité».

 Senegal7

Leave a comment