L'Actualité en Temps Réel

Législatives : Barth-Aliou Sall, la guerre des mots

Il n’en fallait pas plus pour que la maire de Dakar, Barthélémy Dias et le frère du Chef de l’Etat Aliou Sall se livrent une bataille sans merci  mais par la charge des mots. Chaque camp tente en effet de schématiser  son vis-à-vis pour tirer la couverture de ces échéances électorales à ses côtés.

Depuis Paris, où il est en séjour, Barthélémy Dias le maire de Dakar ne se prive pas de lâcher des mots à distance pour contraindre le pouvoir à remettre dans la course la liste Yewwi Askan Wi. Mais du côté de la mouvance présidentielle également, l’on use aussi de la charge des mots pour appeler la jeunesse républicaine à répliquer  aux attaques de leurs contempteurs.

 Ce qui augure d’une confrontation sans merci. Barthélémy depuis la France ne cesse de tirer à boulets rouges sur le régime de Macky Sall. Selon lui, l’invalidation de la liste de Yewwi Askan Wi des titulaires au scrutin proportionnel par le Conseil constitutionnel relève des calculs du Président Macky Sall.

 « Tout ce tintamarre sur les législatives, tous ces calculs à n’en plus finir, c’est juste pour se projeter vers un 3e mandat. Macky Sall est conscient de la force de l’inter-coalition Yewwi-Wallu. J’ai été surpris d’entendre que notre liste nationale a été rejetée par le Conseil constitutionnel. Je crois que cette décision n’a rien de sérieux », fulmine le maire de Dakar.

(…).Du côté de la mouvance présidentielle également, c’est la réponse du berger à la bergère relevée par Senegal7 : « On ne laissera pas l’opposition semer la pagaille dans le pays. C’est Aliou Sall himself, frère du Président de la République qui porte la réplique à Sonko et Cie.

Ainsi, après avoir magnifié le travail du Gouvernement, il a appelé la jeunesse républicaine à barrer la route aux leaders de l’opposition. »En face, nous avons des pyromanes, des personnes qui prêchent la parole médisante, la violence et le chantage »,a-t-il martelé.

 Du coup, la guerre des mots entre l’opposition et le pouvoir présage d’un lendemain houleux entre ces deux camps qui ne comptent se donner au répit pour remporter les prochaines élections législatives. Mais ce que craignent les sénégalais, c’est que cette confrontation entre ces deux camps dégénère au point d’installer le chaos dans le pays !

Assane SEYE-Senegal7