L'Actualité en Temps Réel

Les cas communautaires : Un casse-tête dans la lutte contre le Covid 19

0

La multiplication des cas communautaires risque de rendre vains tous les efforts menés depuis lors pour arrêter la propagation du coronavirus. En effet, les constats faits au niveau de la banlieue dakaroise et dans la plupart des régions sont la multiplication des cas communautaires qui justifient amplement la prise de mesures drastiques si nous voulons gagner cette guerre contre le Covid 19.

Un tour dans certains quartiers de Dakar, on est frappé de l’indifférence générale des populations qui continuent d’afficher des comportements à risque pour le moins irresponsables malgré la grande sensibilisation des médias menée autour du Covis 19.

Le culte du « Restez chez soi » doit être de rigueur

Aujourd’hui, le Sénégal ne parle plus de cas importés, les cas contacts ont une traçabilité qui permet de mettre en quarantaine les personnes concernées. Le reste, le plus difficile, est désigné sous le vocable de cas communautaires. Une véritable bombe que nous devons désamorcer et à tout prix. Si l’on n’y prend garde la propagation des cas communautaires peut devenir une véritable métastase. Des mesures rapides doivent être prises. Cela suppose des enquêtes pour identifier les personnes, retracer les interactions sociales du cas communautaire concerné et utiliser les opportunités qu’offrent les NTIC, la télédétection, plus une sollicitation d’une plus forte implication communautaire).

Le constat fait n’est pas du tout rassurant. La situation est grave et le nombre de cas augmente de jour en jour surtout les cas communautaires. Le lundi 20 avril 2020, le Sénégal a enregistré 2 cas de décès et 10 nouveaux cas positifs dont 5 issus de transmission communautaire. Le nombre de décès est passé à 5 et le pays compte 42 cas communautaires répartis dans 26 collectivités locales. Ce tableau peu reluisant est un précédent dangereux et nous devons insister sur la sensibilisation et la prévention. Les Sénégalais ne respectent pas les distances sociales recommandées, il suffit de faire un tour dans certains quartiers pour s’en rendre compte. Le port du masque doit être obligatoire dans tous les lieux publics surtout au niveau des marchés ouverts et dans le système de transport.

Les parents sont fortement interpellés. Nous devons proscrire toute forme de rassemblement dans les quartiers et devant les maisons. Le culte « du « Restez chez soi » doit être de rigueur. Ce n’est pas pour rien que les mosquées, les églises et les lieux de culte sont fermés. Les enfants et les adolescents doivent être davantage sensibilisés et retenus à la maison. Tout regroupement de plus de 10 personnes doit être rigoureusement interdit. Le système de santé est certes, pour le moment, performant, le Président de la République suit la situation de très près et continue d’accorder une oreille attentive au personnel médical et au comité scientifique chargé de suivre l’évolution de la maladie. Un comité de gestion des fonds du Corvid 19 vient d’être créé, ce qui constitue un arsenal de mesures salutaires. Il appartient désormais à ce comité de corriger les dysfonctionnements vrais ou supposés dans la distribution des marchés liée à l’aide d’urgence.

Cultiver la discipline et la prévention

Le Sénégal, grâce à Dieu, contrôle toujours la situation à part les cas communautaires qui nécessitent une approche plus dynamique, plus synergique. Seulement, Il nous faut poursuivre la sensibilisation, et surtout, cultiver au plus haut point la discipline, dans le respect strict des recommandations (gestes barrières et mesures de distanciation sociale). Par ailleurs, nous devons tous nous tourner vers Dieu et implorer son pardon. On a comme l’impression que le Coronavirus est une punition divine. L’humanité toute entière est interpelée. Nous devons repenser notre rapport à Dieu et à la Nature, nous devons inventer un autre sens à donner à la vie, à notre existence.

De nos jours, une analyse rationnelle ne suffit plus pour comprendre les tenants et les aboutissants de ce virus plus dont les nombreux mystères ne sont pas encore connus, dans ses manifestations cliniques et dans sa propagation géographique. Nous devons abandonner nos comportements laxistes et cultiver un esprit de prévention et d’anticipation, dans un monde où, désormais, il faut compter d’abord sur soi-même, la crise du coronavirus en est une illustration flagrante.

L’Etat doit tirer toutes les leçons en ne ménageant aucun effort pour imposer à tout le monde « la discipline collective » que requiert cette période difficile. Certains pays, pour faire respecter les directives n’ont pas lésiné sur les moyens (amendes, emprisonnements). Il y a des moments, dans la vie d’une nation où l’Etat doit sanctionner, de façon implacable. En ces moments critiques, nos gouvernants, ont le devoir et la responsabilité d’imposer aux populations les comportements exigés pour freiner cette gangrène du Covid 19.

Aujourd’hui, ce que nous voulons, c’est zéro cas positif. Au cas contraire, l’Etat d’urgence, la fermeture partielle et par intermittence des marchés ne suffiront plus et le Sénégal serait dans l’obligation d’aller vers le confinement. Le coronavirus est une maladie complexe qui ignore les frontières. La lutte contre ce fléau du coronavirus est extrêmement difficile, l’augmentation des cas au niveau de la sous-région (Côte d’Ivoire, Burkina Faso) doit nous inquiéter au même titre que dans notre propre pays. Les frontières ne sauraient être éternellement fermées.

Mise en synergie de plusieurs approches

Concernant les cas communautaires, le combat ne dépend pas seulement de l’Etat, encore moins du personnel de santé, la bataille contre le coronavirus est un problème de santé publique. Les populations doivent être au cœur de cette lutte pour faire face à cette crise.
L’Etat dans sa communication de crise doit certes rassurer les populations mais en leur disant toute la vérité sur les dangers qui nous guettent. Tout le monde peut attraper le coronavirus. il nous faut donc plus d’humilité et de tolérance et éviter toute forme de stigmatisation. Le coronavirus n’est pas une maladie honteuse, comme l’a si bien dit le Président Macky Sall. Nous devons modérer notre optimisme d’autant plus que tous nos malades en stade de réanimation ont presque perdu la vie, en plus pour avoir une idée claire de l’ampleur de cette pandémie, nous devons aller vers des tests massifs.

La lutte contre le coronavirus suppose la mise en synergie de plusieurs approches. Il faut un package de mesures comme l’utilisation systématique des masques (l’Etat doit encadrer et soutenir la production de masques accessibles aux plus démunis, expliquer le comment de leur utilisation et surtout de leur entretien, des masques qui respectent les normes sanitaires). La décision du Ministre de l’Intérieur de rendre le port des masques obligatoires est à saluer. Enfin, il ne saurait être question d’oublier dans ce dispositif, si on peine à inverser les tendances, d’aller vers un confinement ciblé ou total, des tests massifs et à grande échelle pour espérer venir à bout, ne serait-ce qu’au niveau national, de cette dangereuse pandémie du coronavirus.

Moustapha Samb
Dr en communication
Enseignant/Chercheur
Cesti/Ucad

laissez un commentaire