Les déclarations de patrimoine, contre-feux aux rapports de l’IGE sur la corruption du régime (Par Mamadou Lamine Diallo)

4

Sans doute le vérificateur général nommé pour 7 ans avec un mandat non renouvelable a dû faire le forcing pour pouvoir présenter ses rapports bouclés depuis belle lurette au Chef de l’Etat, avant la fin de son mandat, ce mois de juillet 2020. Evidemment, une interprétation des textes pouvait amener l’IGE à ne pas se plier à la remise solennelle de ses rapports au Président de la République avant la publication, mais il faut faire avec la force du présidentialisme obscur dans notre pays.

Le Président Macky Sall, conscient des effets dévastateurs de la corruption généralisée de son régime mise en évidence dans ses rapports de l’IGE a choisi d’orienter le débat dans les déclarations de patrimoine des pontes du régime. Tout le monde le sait, ces pontes, à commencer par leur chef, ont violé la loi dans cette affaire de déclaration de patrimoine. En demandant à ses ministres de le faire, il vise deux objectifs.

Un. Contre feu aux rapports de l’IGE. S’il y a corruption, on ne la voit pas dans ses déclarations tronquées de patrimoine qui évidemment ne s’occupent pas ni des passifs et dettes bancaires ni des prêtes- noms.

Deux. Un gage aux partenaires techniques et financiers. Pris à la gorge par un endettement irrationnel, Macky Sall, en ajustement structurel est sous surveillance étroite du FMI. C’est ce dernier qui est à la base du report des JO de la jeunesse. Macky Sall a besoin de retourner sur le marché des eurobonds et pour cela l’onction du FMI est nécessaire. Le pauvre AD Diallo, réduit à un rôle de comptable public, n’a pas de marge de manœuvre.

C’est le spécialiste de la finance de marché, discipline qui fascine la dynastie Faye Sall, à la geste british, Hott, qui s’occupe de l’économie post covid19 sous contrainte des exigences du FMI. Bien triste.

Mamadou Lamine Diallo, Président du mouvement Tekki

Show Comments (4)