L'Actualité en Temps Réel

Les syndicalistes des enseignants étalent leurs griefs à leur nouveau ministre

Dialogue, respect des accords signés avec les syndicalistes… Autant de dossiers qui attendent le nouveau ministre de l’Éducation nationale, à quelques jours de la rentrée scolaire. Fraîchement nommé, Cheikh Oumar Hann fera face à une lourde tâche, afin de garantir une année scolaire apaisée.

 
La nomination de Cheikh Oumar Hann au département de l’Éducation nationale a fait réagir certains syndicalistes, dont  les secrétaires généraux du Sels et du Sels/A. Interrogés sur ce changement et par rapport à leurs attentes, ces derniers, par la voix d’Hamidou Diédhiou, étalent leurs récriminations afin d’assurer une année scolaire apaisée.

Malgré la hausse des salaires dans le secteur, il reste encore quelques doléances à satisfaire. Selon Hamidou Diédhiou, l’essentiel c’est de rester dans la logique du respect des accords signés et les projets entamés. 
 
A cet effet, dans les colonnes du journal « Le Quotidien », le secrétaire général du Sels liste ses attentes : « Nous nous attendons à ce que les questions résiduelles sur la table du ministre de l’Éducation nationale soient réglées, qu’il reste ouvert à la négociation, au dialogue, accessible par rapport aux questions qui concernent le système éducatif, qu’il travaille à ce que le dispositif de dialogue social ne soit pas rompu. »
 
Outre le ministre de l’Éducation nationale, le syndicaliste a lancé également  un message aux autres ministres de la Fonction publique, des Finances et du Budget. « Pour nous, s’ils sont sur ces axes, l’école sénégalaise en tirerait le maximum de profit, parce que ça nous permettra d’anticiper sur les difficultés, de trouver des solutions rapides dans l’objectif d’arriver à une école apaisée », a-t-il déclaré dans la source.

 

 

 

Fanta DIALLO BA-senegal7