L'Actualité en Temps Réel

L’ex camarade Mimi Touré est sans aucun doute la pire tête de liste de notre histoire politique (Par GIR)

Les compétitions électorales récentes, locales et législatives, ont montré à suffisance que la Coalition BBY est et reste majoritaire, au Sénégal, malgré tout ce tintamarre orchestré par une opposition qui insuffle haine et violence, qui travaille nuit et jour à la manipulation des consciences.
De préciser que ces derniers résultats ont été en général obtenus grâce à l’excellent travail abattu par le Président Macky SALL au service du peuple sénégalais depuis son arrivée à la magistrature suprême grâce à ses idées innovantes qui ont permis à travers moult programmes un meilleur accès à l’eau, à l’électricité, à l’assainissement , à l’équité territoriale, aux mécanismes de financements des jeunes et femmes entrepreneurs, à la couverture médicale universelle, à la multiplication des infrastructures routières, autoroutières et aéroportuaires etc. Brève pour dire un bilan très positif et reluisant, dépassant largement nos attentes.

Cependant, ces élections ont aussi montré qu’il fallait nécessairement des changements et réaménagements ainsi qu’une dynamique nouvelle pour aller plus loin dans la satisfaction des besoins quotidiens des populations sénégalaises. Ainsi, une lecture lucide et sans complaisance de la situation, a permis au Président de la République Macky SALL, de former récemment un nouveau gouvernement avec comme mission fondamentale, le combat contre la cherté de la vie suite à la hausse des prix, contre les inondations et les inégalités, tout en soutenant les ménages pour rendre leur quotidien plus supportable. Tout cela Non sans saluer les choix faits aussi bien pour la présidence de l’ Assemblée Nationale que pour la primature, lesquels portent sur des hommes loyaux et engagés ayant également un mérite certains de par leurs parcours de militants.
Les élections étant une page tournée désormais, nous saluons à juste titre la volonté du Président de la République de décrisper l’espace politique et accentuer le dialogue entre acteurs. Par cette mesure, le Président de la République réaffirme une fois de plus son attachement au dialogue, à la cohésion, à la paix et à la démocratie en instruisant le ministre de la justice , garde des sceaux, de trouver un moyen juridique pour permettre aux personnes qui ont perdu leur éligibilité, de pouvoir la retrouver afin de pouvoir compétir aux prochaines échéances électorales de 2024.
L’amnistie est le mécanisme qui revient le plus dans les discussions et semble être appropriée pour le cas de Karim WADE et Khalifa SALL et d’autres qui seront identifiés a l’occasion.

Cette dernière volonté du Président de donner la chance à tous et toutes de participer aux futurs échéances, ne manque pas de pourfendeurs, de personnes tonitruantes qui s’auto déterminent en ennemies de la paix et de la concorde à l’exemple de notre ex camarade Aminata Touré.
L’ex camarade Aminata Touré Mimi, qui veut faire de l’Assemblée Nationale sa base politique après ses revers électoraux (Grand Yoff et Kaolack), est sans aucun doute la pire tête de liste de notre histoire politique car ayant entraîné la perte de la majorité absolue de BBY lors des élections législatives du 31 Juillet. C’est pourquoi, elle doit savoir qu’ elle n’est pas plus méritante que ces milliers de personnes qui se battent aux côtés du Président Macky SALL pour la mise en œuvre de notre projet pour un Sénégal émergent. Mme Aminata Touré a été investie sur une liste nationale donc on peut avec raison dire que son mandat de député elle le doit aux leaders locaux, ces hommes et femmes de bases de l’ APR et de BBY qui se sont battus au scrutin majoritaire dans leurs départements pour ramener des suffrages contrairement à elle, qui n’en dispose d’ailleurs pas.

Maintenant qu’elle arbore honteusement le manteau de la traîtrise face à nous ses ex camarades de parti et de la coalition, elle devra en payer le prix et assumer sa démission. C’est à ce titre que le Groupe d’Information Républicain demande au Parti, d’engager la procédure pour la destituer de son poste de député en raison de son comportement qui peut être assimilé à une démission tacite de l’ Alliance Pour la République. Une demande assise sur une base légale car l’article 60 de la constitution qui traite du député démissionnaire ne fait aucune précision sur son caractère express ou tacite. Et dans la même optique , le GIR demande au parti et à toutes les instances de l’apr de prendre acte de cette démission encagoulée sur fond d’intérêt personnel.

Par rapport à sa proposition de loi surréaliste , nous pensons que Mimi est entrain de laisser sa haine la détruire à un rythme infernal.

Comment une personne, qui a des ambitions présidentielles, peut -elle montrer une discrimination aussi flagrante pour des compatriotes par le simple fait qu’ils ont des liens familiaux avec le Président ?

La limitation de l’exercice de fonctions et responsabilités des parents du Président de la République, reste une proposition de loi anti constitutionnelle, discriminatoire et impertinente. Au vrai, de mémoire, au temps où elle était aux affaires, Mimi n’a jamais évoqué pareille demande incongrue.

Il s’agit donc d’une Une proposition de loi scélérate qui dans le fond, viole d’abord la prérogative constitutionnelle de nomination à tous les emplois civils et militaires par le Président de la République (articles 38 et 39 de la Constitution) , ensuite elle viole l’article 25 de la Constitution du Sénégal qui dispose : « Chacun a le droit de travailler et le droit de prétendre à un emploi. Nul ne peut être lésé dans son travail, en raison de ses origines, de ses opinions, ou de ses croyances. »

Par ailleurs, il importe d’ajouter qu’au plan formel, cette soit disant proposition faite en méconnaissance des attributs principaux d’une loi, à savoir les caractères impersonnel et général reposent sur aucun fondement pour être examiner à l’assemblée nationale…simple médisance de son auteur pourrait-on dire!
En un mot, comme en mille, Mimi s’empresse et se perd dans la cadence.

Pour terminer, sur un registre plus intéressant, le Groupe d’Information Républicain salue les prévisions budgétaires annoncées pour l’année 2023 estimées à plus de 6000 milliards FCFA ainsi que le taux de croissance qui oscille entre 7,8 et 10,5% sur la période 2023-2025 malgré le contexte international de crise économique. Le GIR encourage le Président de la République dans sa dynamique de travailler d’arrache-pied à faire de l’émergence une réalité et lui réitère son soutien et engagement total.

Vive la République !
Vive le Sénégal !
Vive le Président Macky Sall !

Fait à Dakar, le 14 octobre 2022

 Par le GROUPE D’INFORMATIONS RÉPUBLICAIN (GIR)