Libération de Rachelle Sleylati : L’histoire a-t-elle donné raison à Cheikh Yerim Seck ?

2

Libération de Rachelle Sleylati : L'histoire a-t-elle donné raison à Cheikh Yerim Seck ?Il est des moments où les sénégalais ont besoin de faire une introspection pour peser certaines adversités  et en déduire des résolutions qui cadrent d’avec la réalité des faits.L’affaire Batiplus qui a valu au journaliste Cheikh Yérim Seck d’être placé en garde il y a de cela quatre mois mérite qu’on s’y arrête. Car, la principale protagoniste  Rachelle Sleylati qui avait été arrêtée et incarcérée vient de bénéficier d’une mainlevée par mandat dépôt. L’histoire a-t-elle donné raison au journaliste Cheikh Yerim Seck ?

Le 17 juin 2020,le journaliste Cheikh Yérim Seck avait été placé en garde-à-vue par la Gendarmerie de Faidherbe  à la suite de son audition  à la brigade de Recherche de Dakar sur les accusations portées sur des autorités dont le ministre de la Justice Me Malick Sall dans l’affaire Batiplus.

L’on se rappelle que dès que l’affaire  a éclaté, il y a de cela quatre mois, les Farès s’étaient aussitôt rendus dans la ville sainte de Touba pour des raisons que Senegal7 ignoraient.

Et ce, au moment où le journaliste Cheikh Yerim  avait soutenu   que plus de 4 milliards avaient été saisis chez les commerçants des Farès, lors d’une perquisition de la gendarmerie mais seule une partie avait été consignée à la Caisse de dépôts et consignations.

Ce que les pandores avait vertement démenti pour avancer qu’ils n’auraient mis la main que sur 650 millions de FCFA .A tort ou à raison, les choses en étaient là et les sénégalais n’avaient que leurs yeux et leurs oreilles pour assister reclus à ce feuilleton judiciaire.

Il était difficilement concevable  que Alex Kfoury puisse circuler sans inquiétude dans Dakar alors que sa complice, qui avait fait de lui le principal bénéficiaire de l’argent volé, était sous mandat de dépôt. Au final, Rachelle sera  incarcérée pour plusieurs chefs d’inculpation.

L’affaire avait fait grand bruit mais la vérité peine toujours à jaillir. Et la mainlevée dont  cette dernière a bénéficié ce lundi n’est pas gratuite et délie encore les langues. Nombre d’observateurs se demandent si le journaliste Cheikh Yérim Seck n’aurait pas raison eu égard aux révélations qu’il avait faites et qui corroborent l’élargissement de cette libanaise trempée jusqu’au cou dans l’affaire Batiplus !

Assane SEYE-Senegal7

Show Comments (2)