L'Actualité en Temps Réel

Libérez le pouvoir d’achat des Sénégalais, pour l’essor économique de la nation

La règle de toute économie prospère est basée sur la quantité-qualité du produit consommé, le pouvoir de la demande et le pouvoir de l’achat. Autrement dit, c’est la masse qui crée toute richesse.
Si aujourd’hui on parle de Jeff Besoz d’Amazon ou de Bill Gates de Microsoft ou encore de Steve Jobs d’Apple ou mieux encore de Aliko Dangote, c’est parce que derrière eux, il y’a un gigantesque marché capable d’absorber les produits qu’ils ont mis à la disposition d’une grande masse de consommateurs. Ces investisseurs ont tellement compris la chose qu’ils ont créé toutes sortes de produits dérivés pouvant servir la demande du consommateur.

En Afrique, et plus particulièrement dans mon pays le Sénégal, s’il y’a un secteur qui a bien flairé le coup, c’est bien le marché de la télécommunication et du télécommerce qui se frotte bien les mains. Tous les services inimaginables sont mis à la disposition des consommateurs pour leur soutirer le moindre franc, surtout dans le domaine du transfert d’argent. Imaginez toute la manne financière que se font Orange et Wave sur le dos du consommateur sénégalais?

Mais jusqu’à présent les investisseurs de l’immobilier au Sénégal sont ceux qui n’ont pas encore compris que le pouvoir d’achat est lié à beaucoup de facteurs endogènes et exogènes qui font l’essor économique d’un pays.

Le paradoxe au Sénégal, est que le niveau des revenus ne correspond au niveau des prix des loyers. Ce qui fait qu’un sénégalais moyen n’arrive pas à joindre les deux bouts tellement le marché de l’immobilier est devenu exorbitant.
Les investisseurs immobiliers préfèrent louer leur biens à prix forts (de 600.000 à 1500.000 FCFA) à des ressortissants étrangers ou à des nantis sénégalais plutôt qu’à la classe moyenne.
Mais ce qu’ils oublient et qui est fondamentale à toute économie dite prospère, ce n’est pas le pouvoir d’achat des plus nantis qui tient l’économie d’un pays mais plutôt le pouvoir d’achat de la masse moyenne. Celle qui dépende son moindre franc parce que le besoin est toujours là en permanence. C’est-à-dire, se loger – se nourrir – se soigner – assurer sa mobilité. Vaille que vaille, il lui faut se porter garant du nécessaire vital.

Il faut que nous comprenions que le marché de l’habitat est le secteur qui peut permettre à l’économie sénégalaise de devenir encore plus prospère et performant, car plus il y’aura de produits de moindre coût à vendre sur le marché, plus l’argent circulera et mieux le consommateur aura le pouvoir d’acheter ce qui désire.

C’est inconcevable que la moitié du salaire d’un sénégalais moyen soit absorbé par le prix du loyer alors qu’il y’a d’autres charges prioritaires, comme citées plus haut, qui doivent être honorées, à savoir l’alimentation, l’éducation et la protection sanitaire sans compter les déplacements et les loisirs.

Comment voulez-vous lutter contre la cherté de la vie si ceux qui ont les moyens d’investir dans le développement économique ne tiennent pas compte du revenu et du pouvoir d’achat de cette masse populaire? C’est-à-dire, ce sénégalais moyen qui ne demande qu’à être mieux servi avec des produits de qualité et à coûts compétitifs ?

Les investisseurs et promoteurs immobiliers doivent savoir que la baisse du prix des loyers est un important levier qui permettra d’amorcer à tous les niveaux cette ambition tant caressée par toute la population – c’est-à-dire l’émergence économique et sociale du Sénégal.

Encore une fois, il faut que nous comprenions que l’émergence tant souhaitée n’est pas entre les mains des ressortissants ou coopérants étrangers établis sur nos terres ni encore moins entre les mains d’un groupe de sénégalais nantis qui se partagent les biens mais plutôt, la clé de notre essor économique est dans les mains et les poches de ce gigantesque marché qu’est la population moyenne sénégalaise. C’est sur elle seule qu’il faut investir si l’on veut atteindre notre souveraineté économique, sociale et culturelle.

Ce gigantesque marché est ce que j’appelle le salarié moyen qui chaque jour fait tourner l’économie de notre pays avec son maigre salaire, qui essaie tant bien que mal de nourrir sa famille, l’éduquer, d’entretenir sa maison, et avec le peu qu’il gagne, de venir en aide à ses compatriotes moins favorisés.

Alors bon sang ! Pourquoi lui mettre encore les bâtons dans roues avec un loyer exorbitant ?
Il est temps que les promoteurs et investisseurs immobiliers sachent qu’il est de leur devoir patriotique de libérer le pouvoir d’achat du sénégalais moyen ! En faisant cela tout, le monde y gagnera ! L’argent circulera comme il faut, l’économie sera stable et personne ne sera lésée, ni l’investisseur ni le consommateur.

Comment un pays dont la moitié de la population vit au seuil du salaire minimum et le reste a du mal à joindre les deux bouts, puisse-t’elle contribuer efficacement à l’essor économique du pays si le prix des loyers sont aussi exorbitants?

Aujourd’hui, le prix de location d’une maison à standing moyen est à plus de Cinq Cent Mille (500.000) FCFA, tandis qu’avec le même montant, on pourrait avoir une villa de meilleur standing au Maroc et en Côte d’Ivoire. Vous trouvez cela normal pour un pays qui veut tendre vers l’émergence?

Au lieu de louer un appartement à un prix exorbitant, alignez-le au niveau du revenu moyen tout en créant à côté d’autres produits pouvant générer des flux financiers dans les environs en partenariat avec les autorités municipales, pour permettre aux locataires d’avoir une large palette de consommation tout en améliorant leur condition de vie. Les investisseurs et promoteurs immobiliers au Sénégal doivent également savoir que ce n’est pas uniquement dans le prix du loyer d’une maison ou d’une villa qu’ils peuvent se faire beaucoup l’argent. Il existe aussi d’autres créneaux.
Car en observant l’environnement des habitations, on se rend compte que le Sénégal reste un chantier infini, surtout dans Dakar la capitale. Tout est à construire et à améliorer. Il reste toute une palette de produits et de service à mettre à la disposition de la classe moyenne sénégalaise.

Cette classe moyenne a besoin d’espace de jeux pour ses enfants – de parcs de détente pour ses parents âgés toujours cloitrés dans les maisons entre quatre murs – de bibliothèques pour l’éducation – de centres de formation de tout genre. A l’instar du centre commercial Sea plaza et de Auchan, cette classe moyenne a aussi besoin d’espaces de shopping et de petits commerces pouvant répondre à ses besoins de consommation. Les jeunes de cette classe moyenne ont aussi besoin d’espaces d’échange et de promotion culturelle et autres événements comme la célébration d’un mariage ou d’un baptême, etc. Au lieu d’organiser ces genres de célébration dans les rues, pourquoi pas dans une salle construite par un promoteur immobilier à mettre en location à moindre coût pour le bien des consommateurs? Imaginez l’effet sur le défi de l’emploi ? Il y’a tellement à faire pour ce cher pays le Sénégal !

Chers investisseurs et promoteurs immobiliers, Profitez des déplacements que vous effectuez à l’étranger et inspirez-vous des produits que vous y consommez à moindre coût, que ça soit en hébergement ou en autres types de services. Dupliquez les chez vous au Sénégal à moindre coût en faisant profiter vos compatriotes de la classe moyenne.

En étant un maillon essentiel dans l’essor économique du pays, il revient de droit à cette classe moyenne de vivre dans des conditions optimales au lieu de toujours chercher à tirer le diable par la queue pour payer un loyer exorbitant dans un environnement insalubre qui ne répond pas à toutes les commodités.
En libérant le pouvoir d’achat de la classe moyenne, vous contribuez à l’essor économique, industriel, culturel et social de votre cher pays – le Sénégal.

Plume Citoyenne