Accueil Justice « Libérez Le Soldat Assane Diouf… » (par Moïse Rampino)

« Libérez Le Soldat Assane Diouf… » (par Moïse Rampino)

« Je l’ai connu en prison. Alors à la chambre noire, durant 08 jours, pour m’être révolté contre les pénitenciers qui voulaient me torturer, j’ai vu un monsieur marchant difficilement avec l’aide d’une béquille. C’est bien après que j’ai su qu’il était lui aussi victime de torture de la part de ces mêmes agents de l’administration pénitentiaire. Son seul tort est d’avoir voulu donner à manger à un prisonnier qui était de passage à la chambre noire plus connue dans le jargon des ‘’jail man’’ sous l’appellation de cellule. A la chambre noire : il n’y a ni eau, ni électricité. On dort à même le sol et l’on n’y porte qu’un caleçon. La durée de la punition est de 08 jours. Sa chambre se situant sur le même couloir, Assane profitait de ses heures de cours pour donner des jus de fruit et des fruits aux prisonniers qui y étaient punis. Ce que lui avaient interdit les pénitenciers.

C’est ainsi que quatre gardes s’en sont violemment pris à lui et lui ont fracturé la cheville en frappant la porte de sa cellule sur son pied. S’ils ont agi ainsi c’est parce qu’Assane a refusé, après des échanges houleux avec ces derniers, de regagner sa chambre vu que son heure de cour n’était pas encore achevée. C’est juste pour vous décrire l’homme car nonobstant les clichés qu’on se fait de lui, Assane Diouf a un grand cœur. Il suffit de l’approcher pour savoir qu’il est un digne résistant mais ce qui surprend le plus c’est qu’il est très posé, très réfléchi et surtout très respectueux.

Beaucoup seront surpris de me voir énumérer toutes ces qualités envers celui qui est taxé d’insulteur public N°1. Face au bradage du foncier, au pillage des ressources minières et à la dilapidation des deniers publics par de vils arrivistes, dont certains louaient un modique studio à Castor au début des années 2000, doit-on garder un silence lâche et complice ou doit-on, comme le fait Assane Diouf, dénoncer toutes les tares de ces charognards ? Ce révolutionnaire a compris que la première étape du combat contre l’injustice est sa dénonciation. Dans sa logique, lorsque nos gouvernants violent au quotidien les droits du bas peuple garantis par la constitution ‘’la résistance sous toutes ses formes est le plus sacré des droits et le plus impérieux des devoirs.’’ C’est la raison pour laquelle il use de son verbe pour cracher toutes ses vérités à ces cleptomanes qui, à force de piller les caisses de l’Etat, ont poussé ces milliers de jeunes Sénégalais à se noyer dans l’océan Atlantique.

Assane Diouf est un patriote et sa détention est plus qu’ arbitraire car la déclaration universelle des droits de l’homme atteste en son article 19 que ‘’tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit’’. Les conventions internationales ont une primauté sur la législation Sénégalaise. Par voie de fait, Assane Diouf ne doit nullement être incarcéré juste à cause de ses opinions.

C’est au nom de la liberté d’expression que les citoyens Américains peuvent se permettre le luxe d’insulter leur président devant la maison blanche. De plus, si ce boursouflé croit que c’est en gonflant les joues et son gros derrière qu’il arrêtera la mer avec ses bras ; il se trompe lourdement. Macky Sall n’a qu’à se départir de son statut de chef de parti s’il ne veut plus être trainé dans la boue. Sur le mur de la chambre 04, est inscrite une célèbre citation de Mandela qui nous rappelle qu’’’ un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine.’’

Il est déplorable de constater que le chef de l’APR use et abuse de la justice à des fins personnelles. A Guédiawaye, le député-trafiquant de faux billets a repris de plus belle ses activités délictuelles au moment où le patriote Assane Diouf croupit toujours en prison. Sur ce, j’invite tous les citoyens épris de justice et plus particulièrement tous les Wadistes à faire du combat de la libération d’Assane Diouf un combat personnel. Assane Diouf ne doit être ni abandonné à son triste sort, ni oublié. Assane ne doit aucunement être en prison là où Aliou Dembourou Sow, qui incite les peulhs à aller en guerre civile, hume l’air de la liberté. Disons non à cette justice peinte en marron-beige. Disons-non à la détention arbitraire d’Assane Diouf. Disons, haut et fort, non à cette justice politisée et instrumentalisée à des fins de règlement politique. Macky Sall même avec un couteau sous la gorge nous ne reculerons pas. »

Éternel Wadiste

Moïse Rampino

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici