L'Actualité en Temps Réel

L’impact négatif de l’économie prédatrice sur le développement local : le cas des Ics de Mboro en zone des Niayes.

0

La dégradation de l’environnement et la dépossession des populations par l’accaparement pour le cas du Sénégal, ont été ces dernières décennies, intensifiées par la découverte de l’exploitation des richesses naturelles de son sous-sol ( ressources minières et minérales).Coïncidant avec un contexte international de croissance infinie et incontrôlée ( crainte d’épuisement des énergies non renouvelables, inclinaison vers les énergies alternatives), à cause de leur immensité attirent de plus en plus les convoitises de lobbies affairistes. Ce phénomène vise particulièrement la zone des Niayes ( longue bande de terres vertes partant du technopole à Lompoul et passant par Kayar , Bayakh , Noto, Darou Khoudoss ). Ce qui pose une problématique: quelle est la responsabilité étatique dans ces transformations sociales et économiques et leurs conséquences? Nous pointons d’abord, du doigt la responsabilité de l’élite locale qui manque réellement de vision et de courage pour accompagner les populations directement concernées par la dépossession et encadrer ainsi les mutilations en cours . Sans faire l’apologie d’un patriotisme économique fermé, l’élite politique opte apparemment, pour le plus facile c’est à dire l’ouverture tous azimuts de marchés à tous les opérateurs sous prétexte d’un manque de qualification ou de technicité locale . Malheureusement, des compromissions sont notées, plaçant en effet les autorités politiques dans une logique de subordination corruption face aux lobbies étrangers. Toutefois, cette justification correspond à un choix post indépendance car les dites autorités ont , d’une certaine façon , participè au pillage des ressources pour avoir servi des intérêts égoïstes depuis la rupture radicale avec le socialisme communautaire porté par Mamadou Dia. Les options économiques en question: il y’a une vraie dialectique entre le vœu des politiques de soutenir les efforts des entrepreneurs du monde rural , le maintient des équilibres environnementaux, les attentes de bailleurs de fonds et les options de stratégies économiques . Les promesses s’éloignent très souvent du vécu des populations comme en atteste l’exposé des motifs de lavant dernière réforme du code minier. Cet aveu du code minier contraste avec le traitement des ICS . La responsabilité de l’Etat du Sénégal est engagée depuis la phase initiale de la création de cet industrie avec l’expansion de Taïba en 1981 sous la présidence de Diouf . L’exploitation a commencé depuis Senghor . Il faut rappeler que la deuxième phase des ICS correspond paradoxalement au fameux plan d’urgence de 1993, porté par Diouf et mettant l’accent sur l’accroissement des recettes et la diminution des dépenses pour améliorer la situation budgétaire. La troisième phase des ICS correspond à celle de sa recapitalization en 2008 avec l’intervention de plusieurs acteurs ( baisse de la productivité et dégradation et des conditions d’existence jamais égalées et malgré l’espoir et l’euphorie des travailleurs , le comble du drame reste la pollution de l’environnement que le plan émergeant de Macky Sall ne fera qu’accélérer. Face à cette dégradation accélérée de l’environnement accompagnant la mauvaise gestion des ICS , les populations essayent de faire face aux conséquences néfastes. Des poches de résistance ont été mises en place : Les associations de veille comme Mboro SOS derrière lesquelles les populations se barricadent pour protéger leurs terres et les cultures qu’elles portent et les organisations citoyennes locales marquées par l’engagement de la jeunesse et la forte utilisation des réseaux sociaux pour communiquer. Désemparé de ce piètre tableau, on observe l’émergence, comme par instinct de survie, de nouvelles formes de communautarismes autour du foncier ( exemple de ADL pour protéger les terres situées entre DIOGO ET NOTTO ) et NND ( s’unir pour pour se développer) En plus de cela , les ONG et une partie de la société civile ( OXFAM , publish what you pay , cajus , Raw material…etc ) accompagnent et renforcent les capacités, tentant de juger les métamorphoses de ces communautés affectées. Ils sont rejoints par de nouvelles formes de citoyenneté et d’identité en faisant peu de prospection , dans quelques années, on risquera de noter des vagues de révoltes qui Seront l’aboutissement du statut que sur les préoccupations: l’élargissement des zones l’exploitation minière au détriment des surfaces habitables et l’envergure sociale d’éventuelle catastrophes chimiques.
La réflexion sur le tableau contradictoire de la zone des Niayes renseigne sur les problèmes de carences des dirigeants politiques de nos pays de réussir à créer une parfaite harmonie entre les politiques publiques en la matière de développement, les conséquences et l’intervention des bailleurs et opérateurs privés . Les ICS constituent ainsi un paradoxe réel dans les Niayes où contrastent richesse et misère, beauté naturelle et pollution, espoir et désespoir. L’amour que nous avons envers les Niayes nous pousse toujours à dénoncer l’injustice qui s’y passe . In memory of Yatma Diop. Rest In Peace young brother. Mbindeef Ndiaye étudiant Chercheur au Japon…
Mbindeef Ndiaye

laissez un commentaire