Accueil Actualités L’incroyable histoire de Luciano Vassallo, cet Italo-Éthiopien qui gagna la coupe d’Afrique...

L’incroyable histoire de Luciano Vassallo, cet Italo-Éthiopien qui gagna la coupe d’Afrique en 1962

Parce qu’il a remporté la coupe d’Afrique et qu’il a été élu meilleur joueur de la compétition en 1962, Luciano Vassallo reste encore aujourd’hui l’un des grands bonhommes de l’histoire du football africain. Pourtant, le parcours de cet Italo-Éthiopien reste assez méconnu en Europe. Persécuté dès son plus jeune âge par les folles lois fascistes italiennes de Mussolini, puis chassé par le régime autoritaire du dictateur Menghistu Hailé Mariàm en Ethiopie, la carrière de cet ancien mécanicien est une véritable ode à la liberté.

Une enfance extrême

Ce calvaire, le pauvre Luciano va malheureusement le vivre dès ses premiers jours. Nous sommes alors en 1935 à Asmara, et une bonne partie de la corne de l’Afrique est sous occupation italienne. C’est dans ces conditions que nait donc Luciano Vassallo, fruit d’un mélange entre un soldat Toscan et une femme noire érythréenne. Et le pauvre garçon va tout d’abord devoir faire face à la disparition de son père alors qu’il n’a même pas 2 ans, comme il le raconte dans son autobiographie, « Maman, voici l’argent », sortie en 2000 : « Mon père fut envoyé à Addis Abeda et nous avons plus jamais eux de nouvelles de lui. Il aurait pu être mort en guerre, ou encore en vie, on ne l’a jamais su ». Sans repères, le bonhomme doit aussi grandir dans un environnement politique terrifiant où les lois raciales de Mussolini règnent en maîtres. « Nous, les métisses, étions automatiquement considérés comme une race inférieure. Nous n’avions pas les même droits des autres, et étions traités de la sorte » témoigne Luciano.

Mais pire encore, le gamin doit surtout affronter la discrimination grandissante des « autochtones » de la région : « les choses étaient bien pires avec les noirs érythréens. Pour eux, nous étions que des bâtards, des fils de personnes, ou au mieux, des fils de putes » balance toujours Vassallo dans son livre. Persécuté des deux cotés, le gosse passe alors la majeure partie de son enfance dans la rue, à jouer au ballon avec les autres enfants du quartier. L’école ? Il en est tout simplement exclu après quelques années. Du coup, Luciano prend la vie comme elle vient, vit au jour le jour et fait quelques boulots par-ci par là. D’abord en surveillant des voitures et des bicyclettes, puis en mettant progressivement la main à la patte en réparant toutes sortes de véhicules. Si bien qu’à 16 ans, il devient mécanicien dans les chemins de fers, tout en découvrant la 3ème division de football avec la Stella Asmarina, une équipe uniquement composée de métisses. « Je ne dis pas toutes les insultes qu’on recevait. On était obligé de se cacher, de s’entrainer à l’aube, dans le brouillard. On ne voyait même pas la balle » se souvient Luciano. Une expérience qui va toutefois le propulser au sommet du football éthiopien, puisque en 1952, après d’autres passages en 2ème et 1ère division, Vassallo intègre pour la première fois l’équipe nationale éthiopienne.

SALIOU NDIAYE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici