L’indépendance monétaire ( Par Lamine Diouf )

0

 

Depuis un certain temps, le débat sur l’indépendance monétaire est bien lancé. La qualité pour certains et la virulence pour d’autres sur la question d’une monnaie unique, montre bien qu’il est plus que jamais nécessaire que les experts financiers et économiques, puissent se pencher sur le sujet. L’indépendance monétaire est certes une demande sociale que nos gouvernements respectifs doivent prendre en compte avec la plus grande attention, mais en même temps au vu de la conjoncture géopolitique et économique mondiale, la question d’une monnaie unique mérite une expertise pointue et ne pas céder aux agissements de certains pseudo-panafricanistes de second rang qui n’ont aucune maîtrise du marché monétaire.

La souveraineté monétaire n’est pas un slogan, c’est des actions, un processus long et studieux. S’il y a un point ou je suis d’avis avec certains panafricanistes, c’est bien la retenue des 50% de nos devises logées sur un compte d’opération du trésor français soit disant qui garantit la fixité de la parité Euro/Cfa. Je ne suis pas expert en la matière, mais pour le peu que je saches, une monnaie stable est possible en théorie, mais dans la pratique pour être compétitive, une monnaie se doit être instable. Pour dire que cette théorie de la fixité de la monnaie est d’une outrance grossière. Il Appartient maintenant à nos dirigeants politiques, unis ayant un intérêt commun qui est le développement de nos pays, de mettre fin à cet asservissement et cette exploitation sans nom.

Néanmoins, je reste convaincu, qu’il y a des questions beaucoup plus importantes, beaucoup plus urgentes que la question d’une monnaie unique. Les institutions africaines, pour ne citer l’UA, sont d’une extrême faiblesse, limite inexistantes. Les Etats africains ont créé différents organismes et institutions pour allier forces et créer des opportunités commerciales entre eux et les institutions d’autres continents

: CEDEAO, CEMAC, CEEAC, UEMOA, EAC….pour citer que ceux là.

Rien que cette plénitude d’organismes entre l’Est et l’Ouest sans compter ceux des Etats du sud et du Commonwealth, nous donne bien une idée sur la complexité de la création d’une monnaie unique.

Durant ces deux dernières décennies, combien de guerres et de massacres a connu le continent africain, où était l’UA?

Sans l’intervention des forces de l’ONU où des armées occidentales pour la plus part du temps, qu’allait devenir le Mali, la côte d’Ivoire… sans oublier les situations qui se profilent en Gambie, au Congo etc.

On note bien une absence de solidarité des États africains, sans parler du manque de moyens matériels et militaires.

On nous parle de souveraineté monétaire, qu’en est-il de la souveraineté militaire, et l’absence de démocratie dans nos pays respectifs.

On a des questions beaucoup plus intéressantes et beaucoup plus urgentes:

l’éducation, la santé…. l’exemple du Sénégal pour citer: un sage femme pour 2000 milles naissances. Qu’on arrête maintenant de me dire Kemi Seba a dit, qu’on arrête d’endormir la population sur des questions existentielles, malgré la nécessité d’une fédération d’une monnaie unique, mais parlons plus sur les questions d’une extrême importance comme l’éducation, la formation, la santé et arrêtons de faire croire à nos populations que l’absence d’une monnaie unique est à l’origine de tous les maux du continent africain.

Lamine DIOUF

Expert en Communication

Cadre en marketing et stratégie

Secrétaire général du Mouvement servir le Sénégal

Leave a comment