L’inopportunité de la limitation des mandats en Afrique : une sortie de piste du Président de la République

Le Président Macky Sall ne doit pas réchauffer le débat sur la limitation des mandats présidentiels.

Le message du Président de la République, sur la limitation des mandats présidentiels à l’Afrique et au monde, doit être le reflet des options politiques de notre pays.

Au lendemain des affrontements meurtriers de la présidentielle de 2012, l’ancien candidat Macky Sall s’était engagé à régler définitivement la question de la durée et du nombre des mandats présidentiels. Engagement tenu avec la révision constitutionnelle du 20 mars 2016 limitant les mandats à pas plus de deux à la suite.

En ajoutant à la Constitution la disposition selon laquelle « NUL NE PEUT EXERCER PLUS DE DEUX MANDATS CONSECUTIFS », le Président Macky Sall a incrusté dans le marbre constitutionnel la limitation du nombre de mandats consécutifs à deux.

A deux ans de la fin de son dernier mandat, le Président Macky Sall doit s’attaquer aux pratiques des institutions qui consacrent, depuis 1963, la monarchie présidentielle, la surpuissance du chef d’Etat, source de tous les maux sénégalais avec la détention par une seule personne de tous les pouvoirs, administratif, exécutif, législatif et judiciaire, par conséquent budgétaire, économique, financier et sans compter son pouvoir de nomination aux emplois civils et militaires.

Voilà un programme ambitieux de refondation de la République, de la démocratie, de l’Etat, de l’Assemblée nationale, de la Justice, de la séparation des pouvoirs, de l’équilibre des pouvoirs, de réformes de la fonction publique, de l’école, de l’hôpital que le Président de la République doit entamer au cours des deux prochaines années.

Vive le Sénégal !

Vive la République !

Moustapha Diakhaté