Accueil Actualités Liquidation politique : Sonko, le dernier des Mohicans !

Liquidation politique : Sonko, le dernier des Mohicans !

Ousmane Sonko 995x498

L’histoire politique Sénégalaise retiendra. Car, depuis son arrivée à la Magistrature suprême, Macky Sall s’est illustré par la réduction purement et simplement de tous ceux qui sont accusés de lui faire ombrage.

Selon ses adversaires, «Macky Sall exhibe le courage de sa logique politique axée sur l’extermination d’adversaires. Ainsi, il réduit l’opposition à sa plus simple expression. Il a écroué ses challengers les plus coriaces, écartant de fait, les deux plus anciens partis politiques du pays de la Présidentielle 2019.

Aujourd’hui, c’est l’un de ses plus farouches détracteurs qui est dans le viseur. L’affaire fait débat, même le principal concerné l’a révélé récemment, à l’occurrence Ousmane Sonko, le dernier des Mohicans.

Biens mal acquis

Karim Wade a été condamné à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d’amende pour enrichissement illicite.

Le rideau vient de tomber sur le feuilleton judiciaire qui a tenu le Sénégal en haleine pendant près de deux ans et demi. Après un mois de délibéré, le président de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), Henri Grégoire Diop, a dévoilé en mars 2015 le jugement rendu contre Karim Wade, 46 ans, et ses neuf co-prévenus – dont quatre se trouvent hors du Sénégal. Le fils de l’ancien président écope d’une peine de six ans de prison ferme, et d’une amende de 138 milliards de francs CFA. Sur les 117 milliards de Francs CFA de patrimoine, 69,119 milliards ont été retenus comme illicites. Les charges portant sur le compte à Singapour (47 milliards de francs CFA) ont été abandonnées.

Ainsi, le régime de Macky Sall à reproché à certains proches collaborateurs de de Wade à s’être illicitement enrichis. Amis eul Karim a été arrêté, et mis en prison.

L’évaluation de son patrimoine par la justice sénégalaise n’a cessé de fluctuer. Au moment de l’inculpation de Karim Wade, en avril 2013, il était estimé à 694 milliards de FCFA (1,05 milliard d’euros). Six mois plus tard, après la découverte de trente comptes bancaires à Monaco – dont un seul lui appartient formellement -, la somme s’est étoffée de 151 millions d’euros supplémentaires, soit un total de 1,2 milliard d’euros. Mais au moment de son renvoi en jugement, une nouvelle évaluation de la Commission d’instruction ne faisait plus état que de 178 millions d’euros.

«Détournement de deniers publics» !

Un rapport d’audit de l’Inspection générale d’État (IGE) transmis à la justice met en cause la probité des factures présentées pour justifier a posteriori l’affectation de ces sommes de Khaliaf Sall, alors Maire de Dakar.

Accusé de détournement de deniers publics et d’association de malfaiteurs sur la caisse d’avance il a été écroué avec six de ses collaborateurs.

Dans un communiqué de presse diffusé aux médias par ses avocats « cette arrestation et cette détention n’ont pour but que de freiner Monsieur Khalifa Sall dans ses ambitions politiques, en l’empêchant de se présenter aux prochaines élections législatives et présidentielle, février 2019 ».

Selon eux, l’arrestation et la détention du maire socialiste de la capitale sénégalaise « sont arbitraires en ce qu’elles sont fondées exclusivement sur des raisons politiques et procèdent d’une instrumentalisation de la justice sénégalaise».

Sonko, le dernier des Mohicans

Après Karim wade et Kghalifa Sall, Macky semble visé Ousmane Sonko pour le liquider politiquement. En ce sens, l’affaire des 94 milliards révélée par Oumane Sonko serviront de prétexte pour atteindre le député.

Prenant part, en fin de semaine dernière, à l’inauguration de la permanence départementale du Pastef baptisée Mariama Sagna du nom de la militante patriote assassinée le 6 octobre 2018, à son domicile, à Keur Massar, Ousmane Sonko a saisi le prétexte pour faire des révélations sur une cabale qui aurait été organisée contre sa personne. Pour ce dernier, le plan ourdi par le régime actuel sera mis en branle à compter de vendredi prochain, au parlement.

« L’affaire va commencer à l’assemblée nationale, aller au tribunal et puis retourner à l’assemblée nationale », a alerté l’ancien inspecteur des impôts et domaines.

Selon Ousmane Sonko, «le pouvoir est armé d’une volonté manifeste de l’écarter de la présidentielle de 2024».

« Toute leur volonté est de coller un motif à Ousmane Sonko pour charger son casier judiciaire et l’empêcher de participer à des élections » a soutenu le leader des patriotes qui pointe un doigt accusateur vers le président Macky Sall qui, laisse-t-il croire, serait derrière ce plan ourdi pour sa liquidation et invite ses militants à rester sur leur garde pour la riposte.

«Il y a un seul responsable, mais puisqu’il a peur, il se cache derrière ses députés. Vous savez de qui il s’agit. Que tout le monde soit prêt parce que le combat vient de commencer. Ils savent que nous avons obtenu le meilleur score et d’ici 4 ans, ça va atteindre la barre des 50%. C’est cet élan qu’ils veulent freiner donc soyez prêts et déterminés», a-t-il lancé à ses partisans.
senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici