L'Actualité en Temps Réel

Lire et écrire, le droit au savoir (Par Mary Teuw Niane)

Ils sont des millions d’hommes, de femmes, d’adolescents et d’enfants qui ne savent pas lire et écrire.
Ni en langues nationales avec les caractères latins ou les caractères arabes, ni en français encore moins en arabe, ils sont nombreux, trop nombreux qui n’ont pas le droit d’écrire, le droit de lire un quelconque texte.
Ils essaient, de plus en plus nombreux, à se rattraper dans les groupes WhatsApp en écoutant les audio et en regardant les capsules vidéos ou en les confectionnant.

Cependant cela ne suffit pas pour remplacer la capacité de lire et d’écrire qui donne le pouvoir extraordinaire d’accéder au champ infini du savoir et du savoir-faire.
Être analphabète dans cette époque de la connaissance est le plus monstrueux des handicaps individuels.
L’analphabétisme est la plus désastreuse prémonition du futur d’un pays.

Comment raisonnablement peut-on penser gagner la bataille du développement en laissant au bord de la route cette armée désarmée de millions de personnes incapables de lire et d’écrire. Ces damnés de la terre qui ne peuvent, en toute autonomie, s’instruire, acquérir les connaissances modernes, s’approprier les technologies nouvelles et qui regardent, en spectateurs passifs, le monde se faire sans eux.

Pourtant beaucoup de pays en développement ont résolu l’accès universel à l’école et éradiqué l’analphabétisme. Il y a des méthodes rapides d’alphabétisation de masse qui ont fait leurs preuves en Amérique latine et en Asie. Un pays comme Cuba a acquis dans ce domaine une expertise mondialement reconnue.

Pourquoi nos pouvoirs publics, depuis les années d’indépendance, ont eu aucune volonté de scolariser tous les enfants et d’apprendre à lire et à écrire à toutes les personnes qui ont dépassé l’âge d’aller à l’école ?

Pourtant tout le monde comprend aisément qu’une personne alphabétisée est mieux préparée pour appliquer les règles de prévention sanitaire, les prescriptions pour l’hygiène et la propreté, de suivre les itinéraires culturales, etc.

En fait, l’État amoindrit ses charges, renforce son efficacité et facilite la mobilisation de sa population autour de ses objectifs en apprenant à lire et à écrire à ses citoyens.

Ne sommes-nous pas fascinés par la trajectoire de ces aventuriers de la connaissance? Ces autodidactes qui passionnément, par eux-mêmes, ont appris à lire, à écrire et à apprendre dans des manuels, dans des journaux et dans des livres ! Ils ont mille fois raison d’exhiber leur trophée infini, l’accès illimité à la connaissance.

Pourtant alphabétiser sa population est un objectif de court terme peu coûteux.

Pourquoi cela n’effleure pas l’esprit de nos hommes et femmes politiques ? Nos intellectuels, eux, dont l’outil de travail est l’écriture et l’objectif l’éveil des consciences, n’en font pas leur cheval de bataille. Nous avons la présomption qu’il y a un puissant couvercle qui emprisonne les intelligences en les empêchant de cogiter sur les éléments de base de notre souveraineté.

Il est évident, qu’au-delà de la défaillance des pouvoirs publics que nous dénonçons, que nous passons collectivement à côté de la principale cause de nos échecs, des dysfonctionnements, des retards chroniques et de l’apathie manifeste des populations à l’égard des politiques publiques.

La connaissance, le savoir et le savoir-faire ne sont pas encore dans notre société, chez nos élites et auprès de nos autorités politiques, élevés au niveau de priorités vitaux pour le développement, la conquête de la dignité de nos populations et la défense et l’illustration de nos valeurs de civilisation.

Le xamxam, ganndal, encadré par nos valeurs de culture est l’alpha et l’oméga de notre rédemption.

Hâtons nous alors d’apprendre à lire et à écrire à toute notre population.

Ngor, xamxam, jèriñu

Je vous souhaite une excellente journée sous la protection divine.

Mary Teuw Niane