Locales Dakar: La dernière carte pour l’APR

La bataille de Dakar s’annonce rude et tous les moyens sont bons pour atteindre le haut du pavé : reformes administratives, alliance contre nature, guéguerre… Les élections de janvier 2022 sont l’antichambre des présidentielles de 2023, un véritable laboratoire pour la majorité et l’opposition. Décryptage des enjeux!

La région de Dakar représente environ 40 % de l’électorat national et sa commune abrite la majeure partie des infrastructures du pays.

Le défi qui se pose à la majorité est d’arracher la région de Dakar à l’opposition. Le parti au pouvoir et ses alliés ne comptent pas rater cette occasion : Abdoulaye Diouf Sarr, Amadou Ba, respectivement ministre de la Santé et l’ex ministre des Affaires étrangères ont déjà annoncé leur candidature, malgré les mises en garde du chef.

Moustapha Cissé Lô était le premier à le défier, même s’il reste toujours aphone, l’ex parlementaire de la CEDEAO  avait annoncé en février 2019 : « Je serais candidat qu’il plaise à mes amis de Benno ou pas, je dirigerais une liste pour les 19 communes d’arrondissement de Dakar avec une coalition que je vais former pour briguer la mairie de Dakar « . Cette concurrence entre plusieurs ténors constitue le talon d’Achille du régime actuel.

Quant à l’opposition, elle est partie en rang dispersé, mais la dernière coalition hybride fait peur : Sonko, PDS et Khalifa veulent installer Barthélémy Dias qui n’a cessé de faire du lobbying pour remplacer son mentor.

Alors que Soham Wardini qui n’a pas déclaré sa candidature, souhaite que la liste de Taxawu Dakar soit dirigée par une femme.

Selon le politologue Ababacar Fall, le mécontentement populaire, qui s’est cristallisé récemment, lui laisse craindre une situation défavorable pour le régime dans les régions de Dakar, de Ziguinchor ou encore de Diourbel – qui englobe notamment le département de Mbacké, où se trouve la ville sainte de Touba.

Pour rappel depuis l’indépendance, la capitale revenait mécaniquement au camp au pouvoir. En 2009, puis en 2014, Khalifa Sall est venu faire mentir l’adage, remportant l’hôtel de ville face au candidat désigné par Abdoulaye Wade, le maire sortant Pape Diop, puis rééditant l’exploit face à la candidate désignée par Macky Sall, sa Première ministre de l’époque, Aminata Touré.

Amadou