Accueil Actualités L’opposant russe présente «des traces d’empoisonnement», selon ses médecins allemands

L’opposant russe présente «des traces d’empoisonnement», selon ses médecins allemands

traces
(FILES) In this file photo taken on July 20, 2019 Russian opposition leader Alexei Navalny addresses demonstrators during a rally to support opposition and independent candidates after authorities refused to register them for September elections to the Moscow City Duma, Moscow. - Alexei Navalny said he was arrested on July 24, 2019, in an apparent move by the authorities to prevent a major protest rally this week. (Photo by Maxim ZMEYEV / AFP)

L’opposant russe Alexeï Navalny, hospitalisé dans le coma à Berlin, présente des « traces d’empoisonnement », a annoncé lundi l’hôpital berlinois de la Charité où il a été admis ce week-end après son transfert de Sibérie. « L’issue de la maladie reste incertaine » et des séquelles à long terme, « en particulier dans le domaine du système nerveux, ne peuvent être exclues à ce stade » ajoute dans un communiqué l’hôpital, un des plus réputés au monde, relate l’AFP.

« Les résultats cliniques indiquent une intoxication par une substance du groupe des inhibiteurs de la cholinestérase » indique l’hôpital berlinois de la Charité. Le poison spécifique « n’a pas encore été identifié et une nouvelle analyse de grande envergure a été lancée », prévient-il.

« L’issue de la maladie reste incertaine » et des séquelles à long terme, « en particulier dans le domaine du système nerveux, ne peuvent être exclues à ce stade », ajoute l’établissement berlinois, un des plus réputés au monde.

Alexeï Navalny a été évacué samedi matin vers Berlin dans un jet privé affrété par une ONG allemande, au terme d’une journée de bras de fer entre sa famille et les médecins russes, qui ont d’abord affirmé que son état était trop instable, avant de donner leur feu vert.

Il « se trouve dans une unité de soins intensifs et il est toujours dans un coma artificiel », précise l’hôpital, « son état de santé est grave, mais sa vie n’est pas en danger ». Les médecins berlinois ont examiné le patient « de manière approfondie ».

L’opposant numéro un au régime de Vladimir Poutine est traité avec un antidote, assure l’hôpital. Les médecins russes qui l’ont pris en charge en Sibérie jusqu’à samedi assuraient eux ne pas avoir trouvé de trace d’empoisonnement.

Assane SEYE-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici