L'Actualité en Temps Réel

Lutte contre la vie chère: l’association des meuniers industriels du Sénégal inflige un revers au gouvernement

Le gouvernement  a récemment fixé de nouveaux prix pour la farine de blé lors d’une réunion du Conseil National de la Consommation. L’objectif est de rendre le pain plus abordable pour les consommateurs, un effort crucial dans la lutte contre la vie chère. L’Association des Meuniers Industriels du Sénégal (AMIS) a décidé de ne pas appliquer ces nouveaux prix.  Les meuniers estiment que ces prix les forceraient à vendre à perte, ce qui mettrait en péril leur viabilité financière.

 

Lors de la réunion du Conseil National de la Consommation, tenue vendredi dernier, le gouvernement a décidé que le prix du sac de 50 kg de farine de boulangerie de type 55 serait de 15 200 francs, et celui de la farine de boulangerie améliorée de 15 700 francs.

Cependant, les meuniers ont choisi de ne pas respecter ces nouveaux prix. Une source au sein de l’AMIS indique selon seneweb que les meuniers ne veulent pas se retrouver « hors la loi » en vendant à perte.

Cette même source ajoute que la situation financière des meuniers ne leur permet pas de supporter cette mesure. En d’autres termes, leur santé économique ne leur permet pas de réduire les prix sans compromettre leur viabilité.

Les meuniers rappellent qu’ils avaient été consultés en mai par le Premier ministre, Ousmane Sonko, mais qu’aucun accord n’avait été trouvé sur cette mesure.

 

« Une deuxième rencontre était prévue pour trouver une solution définitive, mais cela ne s’est pas concrétisé. Les meuniers ont appris cette baisse de prix de manière abrupte, sans consultation préalable. Toutes ces raisons nous empêchent d’appliquer les tarifs fixés par le gouvernement », explique notre interlocuteur.

 

 

                                                                                                  Auteur: SARA JUPITER , SENEGAL7

Comments are closed.