Lutte contre les crimes : l’UNIS travaille pour la restauration de la peine de mort

L’union nationale des indépendants du Sénégal (UNIS) regrette  l’augmentation des crimes et leur banalisation. Pour vaincre ce  »cancer » ladite organisation a, par ailleurs, décidé de lancer une campagne pour la restauration de la peine de mort. A cet effet,  une pétition sera soumise aux citoyens sénégalais pour recueillir leur signature. « Il faut aussi défendre la vie par la peine de mort. La peine de mort, certes, n’est pas une solution définitive à la criminalité, mais, elle est le message le plus fort et la ligne de défense la plus robuste que nous pouvons ériger contre les criminels qui décident de tuer sans droit. Nous devons dire haut et fort que quiconque décide de tuer sera lui-même tué. Quiconque aura prémédité, organisé, commis volontairement et sans droit un meurtre deviendra lui aussi passible de la peine capitale, en juste rétribution », écrit l’Unis, dans un communiqué rendu public.

Selon cette structure, le retrait de la peine de mort par le Président Abdoulaye Wade, en 2004 n’avait aucune base populaire. Elle ajoute que  la population n’a jamais été consultée.  « Cette décision sans légitimité aucune, initiée par Wade, était  avalisée en conseil des ministres et votée par une assemblée nationale qui a obéi mécaniquement à Wade.  L’actuel Président Sall était alors son premier ministre. Il est donc peu probable qu’il soit favorable à son rétablissement », argumentent les rédacteurs de ce communiqué. 

Partant de ce constat, la structure estime  qu’ il appartient à ceux qui croient que la peine de mort peut sauver des vies, de faire entendre leur voix, de manière pacifique pour que la prochaine assemblée vote sa restauration. Toutefois, l’Unis précise qu’elle n’aimerait pas que cette pétition soit rattachée à aucune coalition politique. Par contre elle a pour finalité de mobiliser des Sénégalais pour sauver des vies. 

L’Unis va en effet lancer cette initiative dans les prochains jours en menant un plaidoyer. Mais elle est consciente que : «  les organisations de la société civile et des institutions s’opposeront à cette initiative. Elle compte s’appuyer sur le plus de citoyens, directement ».  Tout compte fait, l’Unis estime que l’écrasante majorité des Sénégalais est pour la peine de mort.

Fanta DIALLO BA-senegal7