«Macky chez Wade» : «Le deal» de Conakry se réalise pour amnistier Karim !

0

Le «deal» Wade-Macky via Alpha Condé de Conakry du 16 février 2019, prend forme. Ce, si l’information révélée par Cheikh Tidiane Seck, cadre libéral est avérée. Et c’est Karim Wade qui en sera le principal bénéficiaire. Car, à l’allure avec laquelle les choses avancent, son amnistie peut intervenir dans les prochaines semaines, voire les prochains mois.

«Macky chez Wade…»

Dr Cheikh Tidiane Seck, secrétaire général adjoint du Pds, chargé des cadres. Actuellement président du FNCL, a révélé au cours de son entretien avec le quotidien Voxpopuli, que « le président Macky Sall est allé rendre visite incognito à Me Abdoulaye Wade le jour de la Tabaski. Le président Macky Sall était à la résidence de Me Abdoulaye Wade à la soirée de la Tabaski. Peut-être qu’il n’a pas eu l’accueil espéré. C’est pourquoi il n’a pas communiqué là dessus», a révélé Mr Seck.

Il est d’avis que c’est Macky Sall, ancien protégé de Wade, qui a pourri sa relation avec son (ex) mentor à un point presque irréversible.

Le «deal» de Conakry prend forme

A quelques encablures de la présidentielle du 24 février 2019, Wade revenu au bercail, s’est rendu à Conakry à bord de l’avion que lui a envoyé Alpha Condé .. Arrivé à Conakry, il a été accueilli à sa descente d’avion sur tapis rouge par son hôte puis a été acheminé vers l’hôtel Sheraton où il a été installé avec sa délégation. Auparavant, Wade avait donné un mot d’ordre au Pds d’empêcher la tenue de l’élection par la force».

Sortie que les autorités de Dakar ont pris au sérieux, au point de nécessiter une médiation, parce que cette présidentielle était cruciale pour Macky Sall pour un second mandat.

A Conakry, Wade et Condé ont eu de longues discussions à l’occasion de deux diners dans les soirées des 16 et 17 février. Au cours des échanges, Abdoulaye Wade a posé des conditions pour accepter d’enterrer la hache de guerre. Ces conditions, ne sont autres qu’une amnistie effaçant la peine infligée à son fils, Karim Wade, pour enrichissement illicite, à la restitution des biens de sa famille saisis, à la cessation de toutes les poursuites et autres commissions rogatoires engagées partout dans le monde contre Karim.

En échange de garanties sur ces points – Alpha Condé lui a donné sa parole, certainement sur la foi de celle de Macky Sall -, Abdoulaye Wade a promis, non pas seulement de cesser tout acte de belligérance et toute déclaration incendiaire, mais également de… contribuer à la victoire de Macky Sall à la présidentielle du 24 février prochain.

Quant à Alpha Condé devrait rencontrer son homologue sénégalais pour affiner avec lui les termes du deal. L’objectif de sa démarche consiste à extraire Wade de toute forme d’opposition afin que l’ancien chef d’Etat reprenne en Afrique et dans le monde sa place d’autorité morale écoutée et respectée. Cela fut. La présidentielle s’est passée sans dommages.

En dépit de ce deuxième protocole de Conakry, rien ne fut. Karim Wade reste toujours exilé au Qatar. Son amnistie n’a toujours pas eu lieu.

En effet, avec l’information faisant état d’une rencontre entre Macky et Wade le jour de la Tabaski, force est de croire que l’amnistie de Karim est en train d’être négociée. Il s’agira là du respect des closes de Conakry que les deux parties devraient se respecter. Et si Wade a tenu parole de ne pas perturber la Présidentielle qui s’est passée dans un calme plat, il revient au chef de l’Etat de tenir promesses. C’est là où Wade l’attend.
Senegal7.
Senegal7

Leave a comment